Israël, hack mention passable

Pour un pays qui se targue d’être à la pointe des systèmes de développement informatique et dont le secteur des hautes technologies compte parmi les plus réputés au monde, la nouvelle série d’attaques, cette semaine, contre des sites web de plusieurs entreprises d’Israël avait quelque chose de vexant.

Après la diffusion sur Internet de milliers de coordonnées bancaires d’Israéliens il y a dix jours par des pirates - dont l’un, Saoudien, s’est présenté comme le vengeur des Palestiniens -, une nouvelle frappe venue du Web a touché lundi les sites de la Bourse de Tel-Aviv, de la compagnie aérienne El Al, d’une caisse d’assurance maladie et de plusieurs banques. Si aucune base de données contenue dans ces sites n’a été touchée, toutes les pages ont été paralysées plusieurs heures durant, la Banque centrale israélienne recommandant d’interdire les opérations provenant d’Arabie Saoudite, d’Iran ou d’Algérie.

Dans la foulée, des pirates informatiques israéliens ont répliqué de manière individuelle, attaquant notamment les sites des Bourses d’Arabie Saoudite et des Emirats arabes unis. Un jeu de ping-pong où les hackers se régalent, faisant étalage de leurs prouesses, mais qui a de quoi inquiéter les autorités israéliennes.

Officiellement, les dégâts sont mineurs et ces cyberagressions ne représentent pas un véritable danger. C’est ce qu’a expliqué à Libération le ministre israélien des Sciences et de la Technologie, Daniel Hershkowitz. «Les attaques de cette semaine n’ont rien de nouveau, a-t-il minimisé. Elles peuvent être facilement bloquées. Le piratage de ces sites internet n’a pas constitué une menace pour le pays. Ce serait différent si les hackers avaient pris le contrôle des ordinateurs de la compagnie d’électricité ou des eaux. Une action du genre pourrait déconnecter tout le pays.» De fait, les spécialistes assurent que tous les sites institutionnels sont bien mieux protégés que ceux des entreprises privées et que la multiplication de «pare-feu» agit (...) Lire la suite sur Liberation.fr

La Croatie mise sur l’UE pour oublier ses plaies
Kenya, le paradis des impunis
Primaire : Romney enchaîne les déboires
«Chaque jour, des civils syriens étaient tués, parfois sous nos yeux»
Pressions au sommet de l’Etat pakistanais
En bref

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.