Publicité

Israël-Gaza: l'Iran demande à la FIFA de "suspendre" la fédération israélienne

La fédération iranienne de football a annoncé samedi 10 février avoir demandé à la FIFA et les syndicats de football de "suspendre complètement" Israël en raison de la guerre menée à Gaza. Une requête qui tombe deux jours après le tirage au sort des groupes de la Ligue des nations 2024-2025, qui a placé Israël dans le groupe de l'équipe de France.

La demande porte également sur des "mesures immédiates et sérieuses" de la part de la FIFA et des organisations de football "pour empêcher la poursuite" des "crimes d'Israël et pour fournir nourriture, eau potable, médicaments et fournitures médicales aux innocents et aux civils".

La guerre dans la bande de Gaza a été déclenchée par une attaque sans précédent menée le 7 octobre par le Hamas palestinien contre Israël, qui a fait plus de 1.160 morts, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP à partir de données officielles israéliennes. En représailles, Israël a lancé une vaste offensive qui a fait au moins 27.940 morts à Gaza, en grande majorité des civils, selon le ministère de la Santé du mouvement islamiste, qui a pris le pouvoir en 2007 dans le territoire palestinien.

Les athlètes iraniens interdits d'être en contact avec des sportifs israéliens

L'Iran, qui a salué "le succès" de l'attaque du 7 octobre tout en niant son implication, ne reconnaît pas Israël. En 2021, le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, avait exhorté les sportifs à "ne pas serrer la main d'un représentant du régime criminel (israélien) pour obtenir une médaille". En août dernier, un haltérophile iranien a été suspendu par les autorités de son pays après avoir serré la main d'un sportif israélien au cours d'une compétition en Pologne.

Pendant des années, des sportifs iraniens se sont arrangés pour éviter de rencontrer des Israéliens en compétition en se faisant disqualifier ou en fournissant des certificats médicaux témoignant d'une inaptitude.

Un groupe de 12 associations de football du Moyen-Orient, dont la Palestine, l'Arabie saoudite, le Qatar et les Émirats arabes unis, a également "demandé aux dirigeants du football mondial de bannir Israël en raison de la guerre contre le Hamas à Gaza", a rapporté la chaîne Sky News jeudi.

Article original publié sur RMC Sport