Publicité

Israël: Emmanuel Macron précisera "dans les semaines à venir" la date de l'hommage aux victimes du Hamas

Emmanuel Macron a promis ce jeudi 7 décembre de fixer "dans les semaines à venir" la date d'un hommage aux victimes de l'attaque du Hamas le 7 octobre en Israël, estimant devoir attendre car des familles "ont encore des otages".

"Évidemment, nous rendrons un hommage à tous les enfants partis et à tous les proches. Simplement, c'est en concertation avec les familles que je déciderai de la date", a expliqué le chef de l'État lors d'une cérémonie à l'Élysée.

Une cérémonie où il s'est vu remettre le prix annuel de la Conférence européenne des rabbins (CER) qui récompense la lutte contre l'antisémitisme et la sauvegarde des libertés religieuses.

"C'est pourquoi ai-je attendu, parce que plusieurs de ces familles ont perdu des enfants, des proches, et ont encore des otages", a ajouté Emmanuel Macron, selon des propos rapportés par un participant.

Bilan incertain

Le président du Consistoire central de France Elie Korchia avait appelé mercredi Emmanuel Macron à "annoncer officiellement" une date pour cette cérémonie d'hommage.

"Comment rendre un hommage alors que l'inquiétude est là ?", a expliqué jeudi le président. "J'espère que vous comprendrez avec moi ce qui n'est pas une hésitation, ce qui n'est pas un tâtonnement", a-t-il ajouté, promettant de fixer une date "dans les semaines à venir".

La guerre entre Israël et le Hamas, déclenchée par l'attaque du mouvement islamiste palestinien le 7 octobre, est entrée ce jeudi dans son troisième mois. Selon Israël, 1.200 personnes, en majorité des civils, ont été tuées lors de cette attaque, et 240 personnes ont été enlevées. Le ministère de la Santé du Hamas a fait état de 17.177 morts dans les bombardements israéliens qui ont suivi.

Selon un bilan du ministère des Affaires étrangères communiqué le 6 novembre dernier, au moins 40 Français ont perdu la vie dans les attaques du Hamas. Encore cinq ressortissants sont encore portés disparus, potentiellement retenus à Gaza.

Article original publié sur BFMTV.com