Publicité

Israël accuse l'Unrwa d'employer "450 terroristes", l'agence de l'ONU dénonce des "tortures" contre des salariés

L'armée israélienne a accusé ce lundi 4 mars l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) d'employer "plus de 450 terroristes" du mouvement islamiste Hamas et d'autres organisations dans la bande de Gaza.

"Selon les services de renseignement, plus de 450 terroristes appartenant à des organisations terroristes dans la bande de Gaza, principalement le Hamas, sont aussi employés par l'UNRWA", a affirmé l'armée dans un communiqué.

L'armée israélienne a aussi publié ce qu'elle dit être un enregistrement "d'un terroriste travaillant comme professeur d'arabe dans une école de l'UNRWA" qui "décrit son entrée en territoire israélien et dit qu'il détient en otage des femmes israéliennes" lors de l'attaque du 7 octobre.

De son côté, l'UNRWA accuse Israël de "tortures" contre certains de ses employés arrêtés.

Enquête interne

L'UNRWA est au centre d'une controverse depuis qu'Israël a accusé fin janvier 12 de ses employés d'implication dans l'attaque du 7 octobre menée par le Hamas qui a entraîné la mort de 1.160 personnes, majoritairement des civils, selon un décompte de l'AFP à partir de données israéliennes.

Selon Israël, 130 otages sont toujours détenus à Gaza, dont 31 seraient morts, sur environ 250 personnes enlevées le 7 octobre.

Les opérations militaires lancées en représailles par Israël ont fait au moins 30.534 morts, en majorité des civils, selon le ministère de la Santé du mouvement islamiste.

Après ces accusations, l'ONU s'est immédiatement séparée des employés accusés encore vivants et une enquête interne a été lancée. En parallèle, le secrétaire général Antonio Guterres a confié à un groupe indépendant une mission d'évaluation de l'UNRWA et de sa "neutralité".

Mais les Nations Unies notent que, pour l'instant, Israël n'a partagé aucune preuve de ses accusations avec les enquêteurs ou avec l'UNRWA.

Rappel de l'ambassadeur israélien à l'ONU

Faisant encore monter la tension d'un cran, Israël a également annoncé lundi le rappel de son ambassadeur auprès de l'ONU.

Dans un message publié sur X, le ministre des Affaires étrangères Israël Katz a expliqué cette décision par la passivité présumée des Nations Unies face au Hamas, juste avant la publication lundi d'un rapport de l'ONU sur les violences sexuelles commises par le mouvement islamiste palestinien le 7 octobre.

"J'ai ordonné à notre ambassadeur auprès de l'ONU, Gilad Erdan, de retourner en Israël pour des consultations immédiates suite à la tentative de passer sous silence le rapport sérieux de l'ONU sur les viols massifs commis par le Hamas et ses alliés le 7 octobre", a-t-il dit.

"Il est temps de passer à l'action", a-t-il déclaré dans un autre message, en s'adressant à Antonio Guterres. "Le Hamas doit être reconnu internationalement comme une entité terroriste" et "le retrait de l'UNRWA de Gaza est impératif", a-t-il ajouté.

Article original publié sur BFMTV.com