Comment les islamistes ont sabordé "la charte des valeurs" de l'islam voulue par Macron

·1 min de lecture

Le 18 novembre, recevant les représentants de huit des neuf fédérations qui constituent le Conseil français du culte musulman (CFCM), Emmanuel Macron avait exigé un engagement écrit, sous forme d'une "charte des valeurs" soulignant formellement leur attachement aux lois et principes essentiels de la République. Tous ses interlocuteurs avaient alors juré de produire, sous quinze jours, un document de "haute tenue", selon un participant. Près de six semaines plus tard, après moult discussions internes, les membres "représentatifs" de l'islam de France se sont révélés incapables de finaliser cette fameuse charte.

À l'origine, les différentes fédérations avaient, pour la plupart, remis une contribution écrite à Mohammed Moussaoui, président du CFCM. À charge pour ce dernier d'effectuer "un travail de synthèse, réalisé à partir des propositions de la plupart des acteurs", explique Anouar Kbibech, chef de file du Rassemblement des musulmans de France (RMF). "C'est ce qui a servi de base de négociation", précise-t-il. Des contributions à l'origine très éloignées dans leurs contenus, voire franchement antagonistes.

Lire aussi - Séparatisme, communautarisme, islamisme... Ce que ces mots veulent vraiment dire

"Elles sont surtout en deçà des attentes et de la promesse", dit-on dans les rangs de l'exécutif. Vue du ministère de l'Intérieur, la synthèse effectuée par Mohamed Moussaoui paraissait pourtant satisfaisante. Plusieurs passages répondaient au cahier des charges : attachement aux ...


Lire la suite sur LeJDD