Il est "irresponsable" de refuser de choisir entre Macron et Le Pen, selon Marlène Schiappa

·2 min de lecture
Marlène Schiappa à Rambouillet le 30 avril 2021 - Ludovic MARIN © 2019 AFP
Marlène Schiappa à Rambouillet le 30 avril 2021 - Ludovic MARIN © 2019 AFP

La ministre déléguée à la Citoyenneté Marlène Schiappa a dénoncé dimanche la "responsabilité" de "certains partis de gauche" qui assimilent selon elle le gouvernement au Rassemblement national (RN), au lendemain des manifestations organisées dans toute la France contre l'extrême droite.

Face à la montée des intentions de vote accordées au RN dans les sondages, "il y a une responsabilité de certains partis de gauche, qui vous expliquent que tout est d'extrême droite", a estimé Mme Schiappa lors du Grand Rendez-vous Europe 1-CNews-Les Echos.

"Quand on vous dit: 'Macron et Le Pen, ça se vaut'. Quand on nous dit: 'au deuxième tour je n'irai pas voter, parce que je suis de gauche, je veux garder les mains propres'. Ça c'est irresponsable", a attaqué la ministre.

"Quand tout est d'extrême droite, plus rien n'est d'extrême droite"

Elle a notamment critiqué les motivations des organisateurs des manifestations samedi - qui appelaient à "dire non à l'extrême droite, à ses idées qui se propagent jusqu'au gouvernement et à défendre les libertés" - qui ont rassemblé selon les autorités plus de 37.000 personnes dans une centaine de défilés partout en France.

"Hier le mot d'ordre c'était: 'on est contre l'extrême droite et tout ce qui ressemble à l'extrême droite+", a rappelé Marlène Schiappa. "Et quand on leur dit : +oui nous aussi (on est contre), alors c'est quoi exactement ?' Alors là, on a une liste dans laquelle le gouvernement se retrouve."

"Quand tout est d'extrême droite, plus rien n'est d'extrême droite", a-t-elle jugé. "Quand on fait croire aux gens que la politique du gouvernement serait une politique proche des idées du Rassemblement national, c'est irresponsable."

Selon Marlène Schiappa, "c'est comme ça qu'on pousse des braves gens dans les bras du Rassemblent national. En leur disant: 'si vous voulez lutter contre le terrorisme, lutter contre l'islamisme, soutenir les forces de l'ordre, ça voudrait dire que vous seriez d'extrême droite.'"

Dans la perspective des élections régionales, la ministre, tête de liste de la majorité à Paris, s'est dite "prête à tout pour que le RN ne gagne pas". Elle a toutefois refusé d'appeler à un désistement de la liste LREM dans les Hauts-de-France, dans l'hypothèse où LR et le RN seraient au coude à coude au soir du premier tour. "Nous verrons entre les deux tours", a-t-elle dit.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles