Irlande. Rory’s, l’irréductible bastion de pêcheurs face aux bobos de Dublin

The Irish Times (Dublin)
1 / 2

Irlande. Rory’s, l’irréductible bastion de pêcheurs face aux bobos de Dublin

Pendant longtemps, Rory’s Fishing Tackle était la seule boutique de Temple Bar. Rien d’autre autour que des appartements et d’immenses hangars, raconte The Irish Times. Soixante ans plus tard, le petit magasin vend toujours du matériel de pêche en tout genre. Sa façade est restée la même. Le quartier de Temple Bar, en revanche, s’est métamorphosé.

À lire aussi: Reportage. Dublin, l’Ibiza de l’Europe du Nord

En plein cœur de Dublin, il grouille de touristes et de locaux. Ses ruelles étroites sont remplies de pubs, de restaurants et d’ateliers de créateurs branchés. Les hameçons de Rory détonnent. “Les gens viennent à Temple Bar pour plein de raisons, mais rarement pour la pêche”, souligne le quotidien irlandais. Peu importe. Depuis des années, Rory, [le propriétaire], détourne toutes les offres d’achat de son affaire.

Des mordus de la pêche

Quand il a repris la boutique en 1960, “le loyer, toutes charges comprises, ne s’élevait qu’à 16 euros par semaine”. Heureusement, le pêcheur a eu l’intelligence d’acheter les murs avant que le quartier ne décolle, remarque The Irish Times. Rory n’aurait plus les moyens de louer le local aujourd’hui. Mais il vit de sa passion, comme il l’explique :

Depuis que je sais marcher, la pêche a toujours été la seule chose que je voulais faire. C’est pour ça que je m’accroche.”

Aujourd’hui, Rory a passé le relais à sa fille, Mary, qui partage sa passion et perpétue la tradition familiale. Si elle ne s’imagine pas avoir une autre activité, elle concède que “l’essor du commerce en ligne ne facilite pas les choses”. Mais au fil des ans, leur place de choix a attiré des visiteurs célèbres comme Bill Clinton, Tom Cruise ou, bien sûr, Jack Charlton, l’ancien entraîneur de l’équipe de foot d’Irlande et féru de pêche.

À lire aussi: Pêche. Après le Brexit : à Guernesey, les pêcheurs français interdits d’accès aux eaux de l’île

“C’est vrai que les gens qui entrent demandent souvent ‘ce qu’un magasin d’articles de pêche peut bien faire à Temple Bar’”, remarque Rory. Mais comme il le rétorque au quotidien irlandais, après soixante ans passés sur place, il trouve qu’on devrait plutôt demander ce que les autres font là.