Publicité

En Irlande du Nord, la grève des fonctionnaires est massive et c’est une première

Des grévistes en Irlande du Nord, le 18 janvier 2024. Une crise du pouvoir d’achat et des institutions paralyse la province britannique.
PAUL FAITH / AFP Des grévistes en Irlande du Nord, le 18 janvier 2024. Une crise du pouvoir d’achat et des institutions paralyse la province britannique.

INTERNATIONAL - Du jamais-vu. Des dizaines de milliers de fonctionnaires se sont mis en grève ce jeudi 18 janvier en Irlande du Nord, un mouvement d’une ampleur inédite déclenché par la crise du pouvoir d’achat, aggravée par la paralysie politique qui dure depuis deux ans dans la province britannique.

Seize syndicats représentant les secteurs de l’enseignement, du transport ou encore les infirmières avaient appelé à cesser le travail, les syndicats évoquant le plus important conflit social dans l’histoire de la province. Ils seraient 100 000 et 150 000 grévistes, selon SkyNews et la BBC, sur à peine 2 millions d’habitants.

Les écoles sont restées fermées, les transports à l’arrêt, et l’activité des services de santé a été fortement réduite. Plusieurs milliers de salariés se sont réunis toute la journée pour des piquets de grève et des manifestations ont eu lieu, notamment à Belfast et Londonderry.

Impasse politique et crise économique

Dans la capitale, certains brandissent des pancartes sur lesquelles est écrit : « Un salaire juste maintenant », ou « Honte », à côté de photos du ministre britannique en charge de l’Irlande du Nord Chris Heaton-Harris et du chef du principal parti unioniste (DUP) Jeffrey Donaldson, dont la formation boycotte les institutions locales, perturbant le fonctionnement des services publics.

L’envolée des prix depuis un an et demi a provoqué une grave crise du pouvoir d’achat et de nombreux mouvements sociaux au Royaume-Uni, mais le contexte est particulièrement difficile en Irlande du Nord. La grève, dont le coût est estimé à plus de 10 millions de livres sterling (environ 11,6 millions d’euros) y intervient alors que l’impasse politique s’éternise.

Le DUP s’est retiré des institutions locales en février 2022 pour protester contre les dispositions commerciales post-Brexit, qui selon lui menacent la place de l’Irlande du Nord au sein du Royaume-Uni.

Londres gère les affaires courantes

Faute de Parlement et d’exécutif locaux, compétents en théorie sur de nombreux sujets comme l’éducation ou la santé, Londres gère les affaires courantes, entraînant une baisse de financements pourtant cruciaux pour de nombreux services publics désormais à l’agonie.

Le ministère chargé de l’Irlande du Nord au sein du gouvernement britannique est « en ruine », les ministres « ont le pouvoir de résoudre ces conflits liés aux salaires et ils devraient le faire maintenant », a lancé à la tribune à Belfast Paddy Mackel, du syndicat Nipsa.

Chris Heaton-Harris a rappelé lundi qu’une enveloppe de 3,3 milliards de livres sterling (3,8 milliards d’euros) proposée par Londres le mois dernier était disponible, à condition que l’assemblée locale redémarre.

Augmenter les salaires

De cette enveloppe, environ 584 millions de livres (680 millions d’euros) sont destinés à augmenter les salaires des fonctionnaires. Nombre d’entre eux n’ont « pas eu d’augmentation depuis trois ans, malgré la situation post-Covid et la crise du coût de la vie », avait critiqué mercredi le secrétaire général du Congrès des organisations syndicales Owen Reidy.

Les syndicats font valoir que les fonds pour les augmentations de salaire doivent être débloqués dès que possible indépendamment du redémarrage des institutions locales, le DUP accusant quant à lui Londres d’utiliser la grève comme levier pour pousser le parti à mettre fin à son boycott.

Selon le chef du DUP Jeffrey Donaldson, le gouvernement britannique dispose de l’argent et des pouvoirs nécessaires pour que les hausses de salaires soient immédiates.

À voir aussi sur Le HuffPost :

Charles III souffre d’hypertrophie de la prostate : ce qu’il faut savoir sur cette maladie fréquente chez les hommes âgés

Pour son soutien aux otages du Hamas, le joueur israélien Eden Karzev prêté par son club turc en Israël