Publicité

Irlande du Nord : après deux ans de boycott des élus unionistes, les institutions politiques reprennent le travail ce lundio

ROYAUME-UNI - Un « jour historique », selon Rishi Sunak. Après deux ans de blocage et de boycott par les élus unionistes, les institutions politiques d’Irlande du Nord reprennent le travail ce lundi 5 février. Preuve de l’importance de l’événement : le Premier ministre irlandais Leo Varadkar, accompagnait son homologue britannique à Belfast ce lundi pour rencontrer la nouvelle cheffe du gouvernement nord-irlandais Michelle O’Neill.

Irlande du Nord : Michelle O’Neill, issue du Sinn Fein, devient la première républicaine Première ministre

Depuis deux ans, les élus du Parti unioniste démocrate (DUP), attachés à l’appartenance de la Couronne britannique, boycottaient l’Assemblée d’Irlande du Nord – le Parlement local – et les différentes institutions politiques au sein de la province britannique. En cause : les règles commerciales post-Brexit, qui imposaient notamment des contrôles douaniers sur les marchandises en provenance du reste du Royaume-Uni afin de maintenir une frontière ouverte entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande.

Le nouvel accord prévoit des contrôles douaniers et des formalités administratives « considérablement réduits » pour les marchandises destinées à l’Irlande du Nord, explique la BBC. Une enveloppe de 3,3 milliards de livres sterling (environ 3,9 milliards d’euros) pour soutenir les services publics est également incluse dans l’accord, qui représente une véritable victoire politique pour le Premier ministre Rishi Sunak. La question des relations entre Londres et Belfast a constitué un véritable boulet pour les quatre Premiers ministres qui se sont succédé à Downing Street depuis le vote du Brexit en 2016.

Une première ministre républicaine

Avec ces nouvelles règles, les unionistes du DUP ont donc accepté de réintégrer les instances politiques de l’Irlande du Nord. Une participation indispensable pour faire fonctionner les institutions : les accords du Vendredi saint de 1998, qui ont mis fin au conflit qui a fait 3 500 morts, prévoient un système de co-gouvernance entre républicains et unionistes.

Premier symbole de ce retour à un fonctionnement normal, Michelle O’Neill, 47 ans, a été nommée Première ministre ce samedi. Vice-présidente du Sinn Fein, elle est devenue la première dirigeante favorable à l’unification de l’Irlande à prendre la tête de l’exécutif nord-irlandais. Elle gouvernera avec une vice-Première ministre DUP, Emma Little-Pengelly.

Si la nouvelle cheffe de l’exécutif a évoqué la possibilité d’un référendum sur l’unification de l’Irlande dans les dix ans qui viennent, le Premier ministre Rishi Sunak a tempéré ses ardeurs ce lundi. Il a notamment appelé les responsables nord-irlandais à travailler sur « les affaires quotidiennes qui comptent pour les citoyens », et non sur un changement constitutionnel. Leo Varadkar a également déclaré que la question de réunification n’était « pas pour aujourd’hui ».

Comme le souligne The Irish Times, la reprise des travaux devait commencer par une réunion des nouveaux ministres d’Irlande du Nord ce lundi, avant une première séance au sein du Parlement mardi.

À lire également sur le HuffPost

Au Royaume-Uni, le système de mesures impérial ne reviendra pas, malgré la promesse de BoJo

Au Royaume-Uni, les « vrais » héros du scandale du Post Office entendus par une commission parlementaire