Publicité

Irlande du Nord : après deux ans de tumultes, le parlement va reprendre du service

Cela faisait près de deux ans que les députés nord-irlandais n'avaient pas siégé à Stormont, le bâtiment du parlement de la région du Royaume Uni.

Plusieurs raisons expliquent cette longue pause. Premièrement, de profonds désaccords entre Londres et Belfast au sujet des conditions de sortie de l'Union européenne.

Longtemps, il a été question d'une frontière entre l'Irlande du Nord, région géographiquement située sur l'île où se trouve également la République d'Irlande, et le Royaume Uni, pays auquel elle appartient.

Cette condition était un point de blocage pour beaucoup en Irlande du Nord, notamment les unionistes du Democratic Unionist Party, le DUP. Ces derniers souhaitent un rapprochement entre l'Irlande du Nord et le Royaume Uni, et partagent des valeurs protestantes avec leurs voisins grands-bretons.

Les autorités britanniques viennent d'abandonner l'idée de cette frontière, qui ne fera donc pas partie des accords de douane post-Brexit.

Une autre raison expliquant la pause de deux ans au parlement nord irlandais : les résultats des élections législatives de mai 2022.

Un parti nationaliste irlandais au pouvoir

De manière inédite, les nord-irlandais ont fait du parti nationaliste Sinn Féin la première force politique de l'Irlande du Nord lors des dernières élections.

Les partis traditionalistes comme le Traditional Unionist Voice et les unionistes du DUP n'ont pas vu cet événement politique d'un bon œil.

Sur euronews le traditionaliste Jim Allister qualifie l'arrivée du Sinn Féin au pouvoir d'un "changement horrible" pour "les valeurs de l'Irlande du Nord".

Comme Jim Allister, certains associent le nationalisme irlandais et ses partisans aux actes terroristes des années 1990. La période dite des Troubles à la fin du XXe siècle a traumatisé toute une génération.

Des attentats commis par les séparatistes irlandais de l'IRA, groupe paramilitaire qui souhaitait réunir l'Irlande du Nord et la République d'Irlande, a fait des milliers de morts.

Aujourd'hui, l'arrivée au pouvoir de Sinn Féin donne de l'espoir à certains nationalistes irlandais : "Cela pourrait signifier que, dans 10 ou 15 ans, nous envisagerons un référendum" se réjouit un habitant de Belfast au micro d'euronews.

"Il faut s'attendre à ce que les appels à un référendum sur l'unification de l'Irlande se fassent de plus en plus pressants dans les années à venir", prévient Ken Murray, correspondant d'euronews en Irlande du Nord.

Pour l'instant, Michelle O'Neill devrait être nommée Première ministre dans les prochains jours, en même temps que la reprise de l'activité parlementaire. Ce sera la première fois que le Sinn Féin dirige l'exécutif nord-irlandais.