Publicité

Iran : deux hommes exécutés pour avoir profané un coran

Depuis le début d'un mouvement de contestation, le régime iranien adopte une répression extrêmement violente et multiplie les exécutions.  - Credit:- / KHAMENEI.IR / AFP
Depuis le début d'un mouvement de contestation, le régime iranien adopte une répression extrêmement violente et multiplie les exécutions. - Credit:- / KHAMENEI.IR / AFP

Exécutés par pendaison. Lundi 8 mai, Téhéran a exécutif deux hommes pour blasphème. Aussitôt, Washington et plusieurs ONG de défense des droits humains se sont insurgés et ont condamné. Sadrollah Fazeli Zare et Youssef Mehrdad, reconnus coupables d'avoir « insulté le prophète Mahomet et d'autres blasphèmes, y compris d'avoir brûlé » un exemplaire du Coran, ont été pendus lundi matin, selon le site de l'agence d'information de l'autorité judiciaire Mizan Online.

Leur exécution intervient dans un contexte d'application croissante de la peine capitale en Iran, dénoncent les ONG, selon qui l'année 2022 a été marquée par le plus grand nombre d'exécutions depuis 2015.

À LIRE AUSSIL'Iranienne qui met les mollahs échec et mat

Les États-Unis ont condamné l'exécution des deux hommes, y voyant un « rappel grave du penchant du régime iranien […] à violer les droits humains du peuple iranien », a déclaré à des journalistes le porte-parole adjoint du département d'État, Vedant Patel. « Les lois sur le blasphème restent un affront aux droits humains dans le monde entier », a-t-il ajouté, affirmant que « les États-Unis continueront à prendre des mesures appropriées en coordination avec leurs alliés et partenaires pour continuer à tenir le régime iranien responsable de ses violations flagrantes des droits humains ».

Les deux hommes exécutés étaient accusés d'avoir animé des groupes sur les réseaux sociaux « promouvant l'athéisme et insultant des figures sacrées de l'islam », s [...] Lire la suite