Offensive irakienne pour chasser l'EI du bassin de l'Euphrate

Les forces armées irakiennes ont chassé samedi le groupe Etat islamique d'une région riche en gaz naturel frontalière avec la Syrie, annonce un communiqué militaire. L'armée irakienne a parachevé cette année la libération de Mossoul et délogé les djihadistes de Tal Afar (photo). /Photo prise le 28 août 2017/REUTERS/Thaier Al-Sudani

BAGDAD/BEYROUTH (Reuters) - Les forces armées irakiennes ont chassé samedi le groupe Etat islamique d'une région riche en gaz naturel frontalière avec la Syrie, annonce un communiqué militaire.

Dans le même temps, de l'autre côté de la frontière, des milices pro-iraniennes combattant pour le compte de Damas ont annoncé le déclenchement d'une offensive pour atteindre la même zone.

Dans un communiqué, l'armée irakienne a dit avoir repris la région désertique d'Akachat, au sud de l'Euphrate.

Cette attaque vise à permettre à terme la libération de villes de la vallée de l'Euphrate qui restent sous le contrôle de l'EI, comme la ville-frontière d'Al Kaïm, ont précisé les autorités de Bagdad.

Les unités de mobilisation populaire, milites chiites irakiennes, et des forces tribales sunnites participent aux combats, a précisé l'armée.

Des milliers de tracts ont été largués sur la région d'Akachat, Al-Kaïm et sur les villes d'Ana et de Raoua, sommant les djihadistes de se rendre ou de s'exposer à la mort.

Côté syrien, une alliance de milices chiites a annoncé s'être lancée à l'assaut d'Al Boukamal, ville frontière syrienne située sur l'Euphrate, en face d'Al Kaïm.

S'emparer de Boukamal est un objectif important pour les alliés de l'Iran car les deux autres grands postes-frontières avec l'Irak, l'un au nord, l'autre au sud, sont contrôlés par les forces soutenues par les Etats-Unis.

La sécurisation d'un corridor à travers l'Irak faciliterait l'acheminement par l'Iran d'armes lourdes vers la Syrie, à condition que Bagdad, qui entretient de bonnes relations à la fois avec Téhéran et Washington, approuve de tels transferts.

L'armée irakienne a remporté de grandes victoires cette année face à l'EI en parachevant la libération de la ville de Mossoul puis en délogeant les djihadistes de celle de Tal Afar.

Les villes de la région frontalière avec la Syrie sont, avec Haouidja, dans le nord du pays, les seuls centres urbains encore tenus par l'Etat islamique en Irak.

(Maher Chmaytelli, Ellen Francis; Eric Faye et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)