Ioulia Timochenko refuse le poste de Premier ministre en Ukraine

Ioulia Timochenko, samedi, place de l'Indépendance à Kiev. L'opposante au président déchu Viktor Ianoukovitch libérée samedi après trente mois de détention, n'envisage pas de briguer le poste de Premier ministre./Photo prise le 22 février 2014/REUTERS/Yannis Behrakis

KIEV (Reuters) - Ioulia Timochenko, opposante au président déchu Viktor Ianoukovitch libérée samedi après trente mois de détention, a indiqué dimanche qu'elle n'envisageait pas de briguer le poste de Premier ministre. Ses partisans au sein du parlement qui a voté la destitution de Ianoukovitch avaient indiqué plus tôt dans la journée qu'elle faisait partie des trois personnalités susceptibles de remplir ces fonctions. "Cela a été une surprise pour moi d'apprendre que mon nom était proposé pour le poste de Premier ministre", a dit Timochenko qui a assuré ces fonctions après la "Révolution orange" de 2004-2005. "Personne ne m'en a parlé ou n'en a discuté avec moi", a-t-elle poursuivi. "Je suis reconnaissante du respect que cela témoigne mais j'ai demandé à ne pas être proposée pour ce poste." Timochenko avait été battue de justesse par Viktor Ianoukovitch lors de l'élection présidentielle en février 2010 avant d'être condamnée en 2011 à sept années de prison pour abus de pouvoir lorsqu'elle était chef du gouvernement. Son refus d'être à nouveau Premier ministre peut suggérer qu'elle envisage de briguer la magistrature suprême lors de l'élection anticipée prévue le 25 mai. Natalia Zinets, Pierre Sérisier pour le service français

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles