Invité de Quotidien, Baki évoque cash l’écharde de Cédric Doumbè : "Si j’avais un truc comme ça…"

Un résultat qui suscite la controverse. Le 7 mars dernier, Baysangour Chamsoudinov, surnommé Baki, affrontait Cédric Doumbè en main event du PFL, à l'Accor Arena de Paris. En dépit des multiples provocations de son adversaire avant leur confrontation, le combattant de 23 ans s'est imposé par KO technique dans le troisième round. L'arbitre Marc Goddard a en effet prix la décision d'arrêter le combat alors que Cédric Doumbè se plaignait d'une gêne au pied. Ce dernier souffrait d'une écharde plantée dans son gros orteil et n'a pas eu l'occasion de la retirer au cours du combat.

Ce lundi 11 mars, Baki était invité sur le plateau de Quotidien sur TMC. Le combattant de MMA est ainsi revenu sur le fameux épisode de l'écharde de Cédric Doumbè : "Le troisième round a commencé, on n’a pas vraiment pu échanger. C’était un round très intéressant parce que les gens voulaient voir comment le combat allait se finir. Je vois Cédric se plaindre et l’arbitre arrêter le combat. Il se plaint une fois à l’arbitre qui lui dit de continuer de combattre." Le natif d'Ourous-Martan en Tchétchénie a ensuite ironisé lorsque Yann Barthès diffusait les images de la séquence : "Je ne comprends pas, puis il me dit qu’il a un truc au pied et qu’il ne peut pas combattre. Je lui dis : "Enlève ce que t’as au pied et on continue". Je ne vois pas ce qu’il a, je suis concentré sur le combat. D’ailleurs, c’est tout petit ce qu’il avait du coup."

À lire également

Cyril Hanouna clashé par Aya Nakamura, il contre-attaque dans TPMP : “Je m’en tape total d’Aya Nakamura” (VIDEO)

Interrogé par la suite sur la possibilité qu'il soit lui-même victime d'une situation similaire, Baysangour Chamsoudinov a assuré qu'il aurait poursuivi le combat : "Si j’avais un truc comme ça, ni l’arbitre, ni le public ni personne n’aurait su que j’avais un truc au pied. Beaucoup de choses font mal dans un combat, on est des combattants. Mes combats se sont toujours bien passés. J’ai déjà eu des combats où j’avais des douleurs, où je ressentais des difficultés et je n’ai rien dit. C’est la base même des combattants, nous sommes d’excellents menteurs, on ne montre pas la...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi