Qui a inventé le champagne ? La bulle du moine

Par Jacques Dupont
·1 min de lecture
Dom Pérignon (1638-1715) dégustant les raisins au moment de la vendange, sur un tableau de José Frappa.
Dom Pérignon (1638-1715) dégustant les raisins au moment de la vendange, sur un tableau de José Frappa.

Beaucoup de découvertes archéologiques effectuées au XIXe siècle sont à attribuer à des curés. Cultivés, leur foi les conduisait naturellement à la recherche du passé et des fondements de la civilisation chrétienne et antérieure. Certes, ils trouvaient auprès de quelques fidèles et élèves une main-d'?uvre bénévole? Surtout ils disposaient de temps. Dans l'univers du vin, c'est un peu la même histoire, mais depuis plus longtemps. On le sait, ce n'est pas une révélation, certaines abbayes ont joué le rôle de véritables laboratoires de « recherche et développement », comme on dirait aujourd'hui. C'est dans cette dimension qu'il convient de situer l'action de Dom Pérignon et d'autres moins célèbres comme le bénédictin Oudart, son contemporain à la toute fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe. Les deux se sont connus, estimés et ont échangé des idées.

Dom Pérignon était installé à Hautvillers, sur la rive droite de la Marne, et Oudart sur la rive gauche, tout près d'Épernay, à Pierry, dans une « annexe » viticole de l'abbaye de Saint-Pierre-aux-Monts située à Châlons. L'ancienne abbaye d'Hautvillers appartient aujourd'hui à Moët et Chandon et la résidence d'Oudart à la famille Henriot des champagnes éponymes. On y a conservé un gigantesque et magnifique pressoir en bois.

Leur action se situe à un tournant de l'histoire champenoise : le passage des vins tranquilles, sans bulles ou du moins sans bulles recherchées, à ceux de « saute-bouchon », comme on désignait [...] Lire la suite