Invasion du Capitole: trois soldats américains soupçonnés d'avoir participé à l'assaut arrêtés

Invasion du Capitole: trois soldats américains soupçonnés d'avoir participé à l'assaut arrêtés
Des partisans de Donald Trump rassemblés devant le Capitole de Washington, le 6 janvier 2021 - Jon Cherry © 2019 AFP
Des partisans de Donald Trump rassemblés devant le Capitole de Washington, le 6 janvier 2021 - Jon Cherry © 2019 AFP

Trois hommes, membres du corps des Marines, une des branches de l'armée américaine, ont été arrêtés cette semaine. Ils sont soupçonnés d'avoir participé à l'attaque contre le Capitole, à Washington, le 6 janvier 2021. Leur mandat d'arrestation, publié par la justice cette semaine et relayé par plusieurs médias, détaille les différents éléments les incriminant.

L'enquête sur ces trois hommes a débuté après que la FBI a repéré, sur le compte Instagram de l'un d'entre eux, des photos à l'intérieur du siège du Congrès américain au moment de l'attaque. En légende: "heureux de faire partie de l'histoire". Dans une conversation privée sur Instagram le 31 janvier 2021, ce même soldat dit également attendre la "guerre civile".

Les trois "marines" ont aussi été repérés sur des vidéos capturées par les caméras à l'intérieur du bâtiment. Le média Military.com, qui a pu consulter des documents concernant les trois suspects envoyés par le corps des Marines, rapporte qu'ils ont des postes liés au "renseignement", dont au moins un avec une habilitation de sécurité "importante".

192 peines de prison

Le 6 janvier 2021, plusieurs centaines de partisans du président républicain Donald Trump avaient semé le chaos et la violence dans le Capitole, au moment où les élus certifiaient la victoire de son rival démocrate Joe Biden à la présidentielle.

Plus de 950 personnes ont été arrêtées au cours des 24 derniers mois, a déclaré le ministre de la Justice Merrick Garland dans un communiqué publié le 4 janvier dernier. Plus d'un tiers ont déjà été jugés sur des chefs d'accusation variés, allant de simple "intrusion" à "sédition", et 192 ont écopé de peines de prison, d'après un communiqué distinct du procureur fédéral de Washington qui supervise cette enquête tentaculaire.

Pour autant, "notre travail n'est pas terminé", et "nous restons déterminés à poursuivre tous ceux qui sont responsables de l'assaut sur notre démocratie", a ajouté Merrick Garland.

L'enquête se poursuit

La police fédérale cherche notamment à identifier 350 personnes soupçonnées d'avoir commis des violences dans le Capitole, dont 250 contre des policiers. Pour l'instant, les poursuites se sont concentrées sur ceux ayant participé directement à cette attaque, qui avait choqué le monde entier, mais le ministère de la Justice enquête aussi sur la responsabilité de Donald Trump et ses proches.

Depuis sa déclaration de candidature à la présidentielle de 2024, un procureur spécial a été désigné pour superviser, de manière indépendante, les investigations le concernant.

Article original publié sur BFMTV.com