Publicité

Intoxication au monoxyde de carbone dans les Côtes-d'Armor: comment les victimes sont traitées

Après l'intoxication, l'oxygénothérapie. Sept personnes, dont des enfants, sont toujours en urgence absolue ce vendredi 8 décembre au soir après une suspicion d'intoxication au monoxyde de carbone dans une école primaire à Saint-Alban (Côtes-d'Armor).

Elles ont été prises en charge au caisson hyperbare du CHU de Brest, a appris BFMTV auprès de la préfecture. Cinq autres ont été envoyées aux urgences de Saint-Brieuc.

Leur pronostic vital n'est pas engagé, mais elles ont souffert de troubles neurologiques ou ont perdu connaissance en raison d'une sursaturation en monoxyde de carbone.

En effet, quand ce gaz incolore et inodore est respiré, il "prend la place de l'oxygène" transporté par les globules rouges, explique le docteur Alain Ducardonnet, consultant santé pour BFMTV.

"En fonction du niveau de fixation on va avoir de moins en moins d'oxygène, donc les symptômes vont être une déperdition d'oxygène et une conscience qui peut être altérée, qui peut aller jusqu'à l'endormissement voire au décès", précise-t-il.

"Délivrer de l'oxygène à forte dose"

Le principal traitement après une intoxication au monoxyde de carbone est l'oxygénothérapie, c'est-à-dire "le fait de délivrer de l'oxygène à forte dose" dans l'organisme, explique le médecin urgentiste Jérôme Poussard sur notre antenne.

Ce traitement peut être réalisé avec des masques à haute concentration délivrant de l'oxygène, ou alors "quand il y a des signes de gravité neurologiques ou cardiaques, une perte de connaissance ou des signes qui pourraient mimer un infarctus" avec un caisson hyperbare.

Cela implique de mettre les patients "dans un caisson et de les faire respirer l'oxygène à très forte pression" précise Jérôme Poussard.

D'autres symptômes dans les mois suivants

Mais ce traitement n'empêche pas de possibles autres symptômes dans les semaines et mois suivants.

"Une fois qu'on est traité correctement, qu'on détoxifie complètement le corps que ce soit avec l'oxygène monobare ou hyperbare, (...) il peut y avoir la réapparition de signes comme des troubles de la concentration ou de l'attention", abonde le médecin.

Dans ce cas, il recommande de consulter son médecin traitant pour faire des examens complémentaires.

Article original publié sur BFMTV.com