Publicité

INTERVIEW. Damien Sargue : “Je ne garde pas un si bon souvenir de mes débuts dans la chanson”

Cette interview est parue dans le numéro 0957 CLOSER Vous repartez bientôt en tournée avec Les Comédies musicales. Vingt ans après, c'est toujours un succès. Ça vous étonne ? DAMIEN SARGUE Bien sûr, car je ne pensais pas retrouver un tel engouement du public. Certains n'étaient pas nés à l'époque et, pourtant, ils connaissent les chansons par cœur. C'est la folie chaque soir… Les spectateurs sont debout. J'étais loin d'imaginer que les comédies musicales des années 2000 avaient autant marqué les gens… Vous avez débuté à 17 ans dans Notre-Dame de Paris… J'ai passé un casting pour devenir la doublure de Patrick Fiori et de Bruno Pelletier. Je les regardais comme des grands frères qui m'apprennent le métier. Je me suis nourri d'eux depuis les coulisses. Et puis un jour, le producteur m'a demandé de monter sur scène pour remplacer Patrick qui était parti quinze jours au Canada rejoindre Lara Fabian. Ma vie a basculé à ce moment-là… Il paraît que vous êtes une star en Asie. Je n'aime pas le mot star… Mais effectivement, la comédie musicale connaît un énorme succès depuis vingt ans. Roméo et Juliette représente le charme à la française. Ça paraît incroyable mais beaucoup de Chinois ont appris le français grâce au spectacle. Certains m'arrêtent dans la rue pour me témoigner leur reconnaissance. En France, il y a comme un plaisir coupable d'aimer les comédies musicales et les films populaires… Les succès populaires n'ont jamais (...)

Lire la suite sur Closer

Jade et Joy Hallyday surexposées ? Cette franche mise au point sur leur utilisation des réseaux sociaux
Johnny Hallyday : “Si seulement je pouvais…”, ces photos bouleversantes dévoilées par sa fille Jade
Disparition d’Estelle Mouzin : "Je croisais…", pourquoi sa mère a quitté la France depuis longtemps
Joshua Jackson (Dawson) en couple avec une célèbre actrice oscarisée trois mois après son divorce ?
Elle brûle une serveuse après un geste indigne, la justice trouve une sanction parfaite