Publicité

Interdiction de l'abaya à l'école: Emmanuel Macron assure qu'il "ne stigmatise personne"

"Il n'y a pas la place pour les signes religieux". Emmanuel Macron a justifié ce lundi soir l'interdiction prise par son gouvernement d'interdire le port de l'abaya à l'école. "L'école est gratuite, laïque et obligatoire", a déclaré le président de la République tout en assurant qu'il "ne stigmatise personne" sur cette question de la laïcité à l'école.

"Qui stigmatise? Les gens qui poussent l'abaya", a poursuivi Emmanuel Macron face au vidéaste Hugo Décrypte, évoquant un "choix religieux" pour qualifier le port de cette tenue traditionnelle.

"Je suis pour que tous les enfants de la République soient dans l'école", a encore affirmé le chef de l'Etat.

"Il faut discuter, expliquer", a encore déclaré le président de la République qui a ajouté que "l'école doit rester ce lieu neutre". Emmanuel Macron a également salué la décision prise par Gabriel Attal quelques jours avant la rentrée scolaire: "il a été clair et je l'en félicite".

Être "intraitable et clair"

Pour le président de la République, "on ne peut pas faire comme si on vivait dans un pays où la question était apaisée. Si on n'est pas clair au niveau national, ce sont les enseignants et les directeurs d'établissement qui sont renvoyés avec la pression sur le terrain".

"Il faut les protéger parce que sinon on dit 'pas de vague' et on laisse s'installer des défis à la laïcité et la loi ne pas être respectée", a encore déclaré Emmanuel Macron.

"Nous vivons aussi dans notre société avec une minorité, des gens qui, détournant une religion, viennent défier la République et la laïcité", a encore déclaré le chef de l'Etat.

"Ça a parfois donné le pire. On ne peut pas faire comme s'il n'y avait pas eu d'attentat terroriste et Samuel Paty", a-t-il dit, en référence à l'enseignant assassiné le 16 octobre 2020, quelques jours après avoir montré à ses élèves des caricatures de Mahomet.

S'il estime que ce sujet de l'abaya à l'école "n'est pas le plus important", le président appelle toutefois à être "intraitable et clair" sur cette question. "C'est respectueux, c'est bienveillant, c'est la laïcité", a conclu Emmanuel Macron.

Article original publié sur BFMTV.com