Publicité

Intempéries dans le Gard: qu'est-ce qu'un pont submersible?

Dans le Sud-Est touché par de violentes intempéries, trois corps ont été découverts ce dimanche 10 mars. Le premier, un Belge âgé de 69 ans, a été emporté avec sa voiture à Gagnières, tandis que son passager a pu s'en extraire. À Goudargues, deux autres victimes ont été découvertes dans un véhicule.

Quatre autres personnes sont toujours portées disparues: un homme en Ardèche, et trois personnes, dont deux enfants de 4 et 13 ans, qui ont disparu à Dions dans le Gard.

Les six victimes dans le Gard ont toutes un point commun: elles se déplaçaient en voiture, et tentaient de traverser des ponts submersibles. Ces ouvrages, très communs dans le département où l'on en dénombre 63, sont conçus pour laisser s'écouler l'eau le plus librement possible en cas de crues.

Des ponts sans parapets

Amandine Richaud-Crambes, ingénieure environnement et urbaniste, les décrit pour BFMTV comme des ponts qui doivent "pouvoir permettre l'écoulement du cours d'eau avec le moins d'impact possible". "Ils ne doivent pas favoriser la création d'embâcles majeurs, c'est pour cela qu'il n'y a pas de parapets au niveau de ces ponts", complète Ghislaine Verrhiest-Leblanc, experte en gestion des risques.

L'absence de parapets sur ces ponts s'explique par le fait de vouloir éviter la création de "vagues submersibles" lors d'épisodes de crues, qui feraient encore plus de dégâts, précise Amandine Richaud-Crambes.

Ces ouvrages sont clairement balisés, et il est très dangereux de s'y aventurer lors de ces épisodes de crues. "Il y a des affichages à l'entrée et à la sortie de chaque pont et parfois des barrières automatiques", ajoute Amandine Richaud-Crambes.

"Ces ponts sont balisés avec des panneaux de danger. Si les autorités les ferment, ce n'est pas pour rien", met en garde le lieutenant-colonel Francis Comas, membre de la fédération nationale des sapeurs-pompiers de France.

Un véhicule bloqué dès 20 centimètres d'eau

Car, en cas de montée des eaux, un véhicule léger peut très rapidement être emporté alors qu'il est engagé sur ce genre de pont.

"Lors d'une crue exceptionnelle, ils peuvent être inondés avec des courants importants, ce qui peut embarquer les véhicules. À partir de 20 centimètres d'eau, un véhicule léger est susceptible de flotter", détaille ainsi Patrick Colombel, cofondateur des Architectes de l'urgence.

Les experts interrogés insistent tous sur le fait de lire les affichages, et respecter les consignes des autorités locales au cours d'importantes intempéries. "Ces ponts sont très communs en France, très connus de la population. On a un comportement parfois dangereux de certains concitoyens", estime le lieutenant-colonel Francis Comas.

Pour Ghislaine Verrhiest-Leblanc, les habitants des départements où les ponts submersibles sont communs "sont habitués à voir ces ouvrages submergés et pensent qu'ils vont pouvoir passer sans danger". Mais, "quand on est emportés, on a très peu de chances de s'en sortir".

Article original publié sur BFMTV.com