Insuffisance veineuse : ce mal peu connu qui touche un tiers de la population française

Ingrid Bernard
·4 min de lecture
Insuffisance veineuse : ce mal peu connu qui touche un tiers de la population française
Insuffisance veineuse : ce mal peu connu qui touche un tiers de la population française

Jambes lourdes, chevilles gonflées, fourmillements... Un tiers de la population française est touchée par l’insuffisance veineuse. Une maladie qui peut avoir un réel impact sur la santé. Une étude réalisée par l’IFOP en partenariat avec Sigvaris alerte sur la méconnaissance du sujet.

Le saviez-vous ? Près de 17 millions de personnes en France sont touchées par l’insuffisance veineuse. Cette maladie chronique et évolutive est très peu connue puisque seulement 2 Français sur 3 en connaissent les symptômes. Et pourtant, selon une étude réalisée par l’IFOP en partenariat avec Sigvaris, 80% de la population présente au moins une situation à risque, en particulier : la position assise au moins 7h par jour (34%), le surpoids (30%), mais aussi le piétinement, les stations debout prolongées, l’hérédité et autres.

L’insuffisance veineuse est liée à un dysfonctionnement du système nerveux. La stagnation du sang dans les membres inférieurs provoque une dégradation de la paroi veineuse. Cette pathologie touche davantage la gent féminine : une femme sur deux contre un homme sur quatre. À noter, que, contrairement aux idées reçues, cette maladie ne touche pas que les personnes âgées puisque 20% des 18-39 ans souffrent de jambes lourdes, gonflées, douloureuses, dans les mêmes proportions que les 60 ans et plus.

Quels sont les symptômes et que faire ?

Mais alors quels en sont ses symptômes ? La sensation de jambes lourdes, chez 28% des personnes interrogées, des fourmillements (23%) et les jambes et chevilles gonflées (21%). À long terme, l’insuffisance veineuse peut avoir un réel impact sur la qualité de vie des personnes concernées : 1/3 des malades est gêné dans son sommeil et 44% décrivent une fatigue intense, 40% estiment qu’ils sont incommodés au travail ou dans leurs activités, notamment pour s’accroupir, s’agenouiller ou encore monter plusieurs étages. Cette maladie joue également un rôle sur le moral des sondés, puisqu’une personne sur deux déclare “être affectée moralement par les douleurs de jambes”, “n’avoir pas envie de sortir”, et se sentir “nerveuse et tendue par la maladie”.

Une maladie qui n’est pas toujours prise au sérieux. Seulement une personne sur deux a déjà consulté un professionnel de santé à la suite de ce syndrome, une personne sur six pense qu’il s’agit essentiellement de troubles esthétiques sans réelles conséquences. Précisons que l’insuffisance veineuse, si elle n’est pas prise en charge suffisamment tôt, peut conduire à une thrombose veineuse ou à une embolie pulmonaire. “Ces chiffres inquiétants montrent que l’insuffisance veineuse est un enjeu de santé publique sur lequel il est important de sensibiliser le plus grand nombre. Son dépistage, sa bonne prise en charge et son traitement doivent être davantage considérés et compris des Français, encore trop nombreux à subir quotidiennement ces syndromes malgré les solutions existantes pour les soulager au quotidien”, estime Stéphane Mathieu, directeur général de Sigvaris group Europe, South & West (ESW). Le port de bas, de chaussettes ou de collants de contention permet aujourd’hui de réduire les troubles de la maladie. Un réflexe adopté par seulement 15% des insuffisants veineux selon la Haute Autorité de Santé (HAS). Une consultation auprès d’un angiologue peut également être nécessaire pour la prescription de médicaments.

Quelques conseils donnés par Sigvaris pour lutter contre l’insuffisance veineuse au quotidien

Rafraîchissez-vous. Revitalisez vos jambes en prenant une douche ou un bain frais. Évitez toute exposition prolongée à la chaleur (bains de soleil, bains chauds ou sauna), car une chaleur excessive fait dilater les veines et peut induire un gonflement.

Surélevez vos jambes. Pour favoriser la circulation naturelle de votre organisme, surélevez vos jambes lorsque vous êtes à la maison, assis sur le canapé ou allongé dans votre lit.

Massez vos jambes. Il vaut mieux masser ses jambes en effectuant des mouvements de bas en haut plutôt que vers le bas. Un massage des jambes vers le haut permet d’activer le retour veineux. Vous pouvez par exemple utiliser une huile de massage à base d’amande, de jojoba ou encore de germe de blé. En vous massant les jambes matin et soir, dites adieu, ou presque, au gonflement des chevilles et au gonflement des jambes. Les massages sont aussi très efficaces pour soulager les crampes, fréquentes pendant la grossesse.

Consommez des fruits et légumes sans modération ! Adoptez une alimentation équilibrée, en limitant les aliments qui favorisent la congestion des veines (alcool, épices, café, thé, tabac). Privilégiez les fruits et légumes qui renforcent les veines**.

Buvez régulièrement. N'oubliez pas de boire régulièrement, plus en été qu'en hiver afin de bien vous réhydrater. Essayez également les tisanes à la vigne rouge, vos jambes apprécieront !

Evitez de croiser les jambes. Une habitude à bannir ! Croiser les jambes peut bloquer le retour veineux sous le genou et déclencher rapidement des sensations de jambes lourdes et de gonflements. Le mieux, c’est de s’asseoir le dos droit et les pieds à plat et ne pas hésiter à se lever et à marcher de temps en temps pour activer la circulation. Surveillez donc votre position assise.