Publicité

Insomnie : un enjeu majeur de santé publique

15 à 20 % de la population française serait concernée par des problèmes d'insomnie. En plus de dégrader la qualité de vie, les dettes répétées de sommeil augmentent les risques de nombreuses maladies et affaiblissent les défenses immunitaires. Heureusement, la prise en charge médicale s'affine.

Cet article est extrait du mensuel Sciences et Avenir - La Recherche n°926, daté avril 2024.

Vous arrive-t-il de ruminer pendant des heures dans votre lit avant de tomber dans les bras de Morphée ? De vous réveiller en pleine nuit - ou trop tôt le matin - sans retrouver le sommeil ? Avec des conséquences parfois désastreuses sur vos journées, surtout quand les mauvaises nuits reviennent inlassablement et s'enchaînent : fatigue permanente et sentiment de découragement, troubles de l'humeur et difficultés à se concentrer, vague d'angoisse, etc. Un véritable enfer en somme… qui dure peut-être depuis plusieurs semaines ou même des années.

Ce mal ronge des millions de personnes. En 2023, une enquête de l'Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV) révélait que 37 % des Français n'étaient pas satisfaits de la qualité de leurs nuits. Selon l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), les problèmes d'insomnie concerneraient 15 à 20 % de la population, 9 % endurant une forme chronique et sévère.

C'est "un enjeu majeur de santé publique", relève Jonathan Taïeb, médecin attaché au Centre du sommeil et de la vigilance à l'Hôtel-Dieu et fondateur de l'Institut médical du sommeil, à Paris. Car au-delà d'une dégradation de la qualité de vie, "les dettes répétées de sommeil augmentent les risques de maladies cardio-vasculaires, métaboliques ou d'AVC et affaiblissent les défenses immunitaires", souligne-t-il. Sans compter l'impact économique associé à l'absentéisme, aux baisses de productivité et aux accidents du travail.

Distinguer les insomnies aiguës et chroniques

Ce fléau n'est pourtant pas une fatalité. "Les connaissances sur le sommeil et ses pathologies ont considérablement progressé ces dernières décennies ", observe Marc Rey, neurologue et président de l'INSV. Pour être efficaces, les prises en charge médicales doivent néanmoins reposer sur un diagnostic solide. Point de départ : distinguer les insomnies aiguës et chroniques.

Les première[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi