Publicité

Inquiétude autour de foyers de maladie de Charcot en France : "Les alertes sont de plus en plus fréquentes"

Santé publique France enquête sur la mort de cinq personnes dans un village de la Somme, décédées après avoir contracté la maladie de Charcot entre 2007 et 2022. L’affaire fait écho à d’autres foyers similaires, notamment celui de Savoie qui avait fait 14 morts dans les années 2010. En réalité, ces derniers mois, plusieurs alertes de clusters potentiels ont été lancées en France. Explications.

En 15 ans, cinq habitants d’une même rue, ou d’une rue perpendiculaire pour l’un d’entre eux, ont contracté une maladie de Charcot, aussi appelée SLA (sclérose latérale amyotrophique - lire l'encadré ci-dessous) et en sont décédés. Les faits se sont déroulés à Saint-Vaast-en-Chaussée, un village de la Somme qui compte près de 500 habitants. Face à l’inquiétude de la population locale, le maire interpelle l’Agence régionale de santé (ARS) des Hauts-de-France qui a confirmé les cinq cas de SLA.

La semaine dernière, l’ARS a saisi Santé publique France pour enquêter sur le foyer potentiel et établir l’excès statistique ou non de cas de maladies de Charcot. L’hypothèse génétique a d’ores et déjà été éliminée. A présent, “il faut s’assurer que la surincidence qu’on observe n’est pas liée au hasard,” explique Farid Boumédiène, géo-épidémiologiste à l’université de Limoges, pour Sciences et Avenir. Et le cas de Saint-Vaast-en-Chaussée est loin d’être le seul. Les signalements de clusters potentiels de SLA se multiplient auprès des neurologues et des agences régionales.

Qu’est-ce que la maladie de Charcot ?

La maladie de Charcot (ou SLA) engendre un dysfonctionnement moteur qui aboutit à la paralysie par groupe de muscles : des membres jusqu’au visage. "A terme, les patients ne peuvent plus respirer seuls", explique la neurologue Emmeline Lagrange à Sciences et Avenir. En effet, ce syndrome affecte les motoneurones : ce sont les cellules nerveuses à l’origine du mouvement. Il existe deux types de motoneurones : le premier part du cerveau et s’arrête à la moelle et le second prend le relai jusqu’aux muscles. Cette maladie neurodégénérative atteint l’un des deux types de motoneurones en premier, mais aboutit à un dysfonctionnement des deux types de neurones moteurs, conduisant à la paralysie complète. Certains patients ont d’abord un déficit moteur au niveau de la main ou de la jambe : ce sont les motoneurones entre la moelle et les muscles qui sont touchés. Dans d’autres ca[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi