Publicité

"Je suis plus inquiète que jamais" : les scientifiques commentent les records de chaleur de 2023

"Je suis plus inquiète que jamais" : les scientifiques commentent les records de chaleur de 2023

Les derniers calculs de plusieurs agences scientifiques montrant que la Terre a battu des records de chaleur l'année dernière peuvent sembler effrayants. Mais les scientifiques craignent que ce qui se cache derrière ces chiffres ne soit encore pire.

L'agence de presse Associated Press s'est entretenue avec plus de trente scientifiques sur la signification de ces nouveaux records de température. La plupart d'entre eux craignent une accélération du réchauffement climatique, qui est déjà à la limite que les nations espéraient ne pas dépasser, à savoir 1,5 °C depuis l'ère préindustrielle.

"La chaleur qui a régné au cours de la dernière année est un message dramatique de Mère Nature", déclare Katharine Jacobs, climatologue à l'université de l'Arizona. Les scientifiques affirment que le réchauffement de l'air et de l'eau rend plus intenses et plus probables les vagues de chaleur, les inondations, les sécheresses, les tempêtes et les incendies de forêt, qui sont à la fois mortels et coûteux.

Le climat s'est comporté "de manière étrange" en 2023

Les températures moyennes mondiales ont battu le précédent record d'un peu plus de 0,15 °C, ce qui est considérable, selon les calculs publiés vendredi par deux grandes agences scientifiques américaines, le service météorologique britannique et un groupe privé fondé par un climato-sceptique.

Plusieurs des scientifiques qui ont effectué les calculs ont déclaré que le climat s'est comporté de manière étrange en 2023. Ils se demandent si le changement climatique d'origine humaine et le phénomène naturel El Niño ont été renforcés par un phénomène exceptionnel ou si "quelque chose de plus systématique se prépare", comme l'a déclaré Gavin Schmidt, climatologue à la NASA, y compris une accélération du réchauffement qui fait l'objet de nombreux débats.

Il faudra sans doute attendre la fin du printemps ou le début de l'été pour obtenir les premiers éléments de réponse. C'est à ce moment-là qu'El Niño - le réchauffement cyclique des eaux de l'océan Pacifique qui influe sur les conditions météorologiques mondiales - devrait s'estomper. Si les températures des océans, y compris des eaux profondes, continuent d'établir des records pendant l'été, comme en 2023, ce serait de mauvais augure.

Presque tous les scientifiques qui ont répondu aux questions d'AP ont accusé les gaz à effet de serre provenant de la combustion des combustibles fossiles d'être les principaux responsables de ce réchauffement record. El Niño, particulièrement fort en 2023, serait le deuxième facteur le plus important, suivi de loin par d'autres conditions, disent-ils.

Le problème avec 2023, explique Gavin Schmidt de la NASA, c'est que "c'était une année très étrange... Plus on y réfléchit, moins c'est clair".

Selon lui et Samantha Burgess, directrice adjointe du service européen Copernicus Climate Service, qui a estimé en début de semaine que le réchauffement s'élevait à 1,48 °C par rapport à l'ère préindustrielle, l'une des raisons de ce manque de clarté est la date à laquelle a débuté la forte poussée de chaleur de 2023.

Les températures sont généralement plus élevées que la normale à la fin de l'hiver et au printemps. Or, en 2023, les températures les plus élevées sont apparues vers le mois de juin et sont restées à des niveaux record pendant des mois.

La chaleur des profondeurs océaniques, qui joue un rôle important dans les températures mondiales, s'est comportée de la même manière, selon Samantha Burgess.

Un père tente de conforter sa fille souffrant de la chaleur à l'hôpital de Ballia, dans l'État d'Uttar Pradesh, en Inde, en juin 2023.
Un père tente de conforter sa fille souffrant de la chaleur à l'hôpital de Ballia, dans l'État d'Uttar Pradesh, en Inde, en juin 2023. - AP Photo/Rajesh Kumar Singh, File

Le réchauffement climatique s'accélère-t-il plus vite que prévu ?

L'année dernière, James Hansen, ancien climatologue de la NASA, souvent considéré comme le parrain de la science du réchauffement climatique, a émis une théorie selon laquelle le réchauffement s'accélérait. Si de nombreux scientifiques contactés par AP ont déclaré qu'ils soupçonnaient une telle accélération, d'autres sont catégoriques sur l'idée que les preuves recueillies jusqu'à présent ne confirment qu'une augmentation régulière et prévue de longue date.

"Certains éléments indiquent que le rythme du réchauffement au cours de la dernière décennie est légèrement plus rapide que celui de la décennie précédente, ce qui correspond à la définition mathématique de l'accélération", explique Daniel Swain, climatologue à l'université de Californie à Los Angeles (UCLA). "Toutefois, cela aussi est largement conforme aux prévisions" selon lesquelles le réchauffement devrait s'accélérer à un certain moment, notamment lorsque la pollution atmosphérique par les particules diminue.

La National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) des États-Unis a calculé qu'en 2023, la Terre aurait une température moyenne de 15,08 °C. Cela représente une augmentation de 0,15 °C par rapport à l'année précédente. C'est 0,15 °C de plus que le précédent record établi en 2016 et 1,35 °C de plus que les températures préindustrielles.

"C'est presque comme si nous étions sortis du régime [des augmentations normales de température dues au réchauffement climatique] pour entrer dans un régime légèrement plus chaud", déclare Russ Vose, responsable de la surveillance mondiale pour les centres nationaux d'information sur l'environnement de la NOAA. Il estime que le réchauffement s'accélère.

La NASA et l'Office météorologique du Royaume-Uni estiment que le réchauffement depuis le milieu du XIXème siècle est un peu plus élevé, avec respectivement 1,39 et 1,46 °C. Les relevés remontent à 1850.

L'Organisation météorologique mondiale, en combinant les mesures annoncées vendredi avec les calculs japonais et européens publiés au début du mois, a estimé qu'en 2023, le réchauffement serait de 1,45 °C par rapport aux températures de l'ère préindustrielle.

Une femme se protège du soleil à l'aide d'un éventail à Madrid, Espagne, le 10 juillet 2023.
Une femme se protège du soleil à l'aide d'un éventail à Madrid, Espagne, le 10 juillet 2023. - AP Photo/Manu Fernandez, File

Un réchauffement limité à 1,5 °C est-il encore possible ?

De nombreux climatologues ont estimé qu'il y avait peu d'espoir d'arrêter le réchauffement à l'objectif de 1,5 degré prévu par l'accord de Paris de 2015, qui visait à éviter les pires conséquences du changement climatique.

"Je ne pense pas qu'il soit réaliste que nous puissions limiter le réchauffement [moyen sur plusieurs années] à 1,5 °C", déclare Jennifer Francis, scientifique au Woodwell Climate Research Center. "C'est techniquement possible, mais politiquement impossible".

"La lenteur de l'action climatique et la désinformation continue qui la catalyse n'ont jamais été dues à un manque de données scientifiques ou même à un manque de solutions : elles ont toujours été, et restent, dues à un manque de volonté politique", déclare Katharine Hayhoe, scientifique en chef à The Nature Conservancy.

La NASA et la NOAA ont toutes deux déclaré que les dix dernières années, de 2014 à 2023, ont été les dix années les plus chaudes qu'elles aient mesurées. C'est la troisième fois au cours des huit dernières années qu'un record de chaleur est établi à l'échelle mondiale. Randall Cerveny, un scientifique de l'université d'État de l'Arizona qui participe à la coordination des relevés pour l'Organisation météorologique mondiale, estime que ce n'est pas le fait qu'un record ait été battu l'année dernière qui est le plus préoccupant, mais le fait qu'ils continuent à être battus aussi fréquemment.

"C'est la rapidité de ce changement continu qui est, à mon avis, la plus alarmante", explique-t-il.

Natalie Mahowald, climatologue à l'université de Cornell, estime que "ce n'est qu'un avant-goût de ce à quoi nous pouvons nous attendre à l'avenir, en particulier si nous ne parvenons pas à réduire le dioxyde de carbone assez rapidement".

C'est pourquoi de nombreux scientifiques contactés par l'Associated Press sont inquiets.

"Je suis inquiète depuis le début des années 1990", déclare Kim Cobb, climatologue à l'université Brown. "Je suis plus inquiète que jamais. Mon inquiétude augmente chaque année durant laquelle les émissions mondiales évoluent dans la mauvaise direction".