Publicité

Inondations en Bourgogne : deux départements toujours en rouge, la décrue s’annonce lente

Ce mardi, l’Yonne et la Saône-et-Loire restent concernées par la vigilance rouge pour risque de crues.

Comme ici, à Montbard, en Côte-d’Or, la décrue s’annonce enfin dans les départements touchés par la montée des eaux, mais il faudra se montrer patient.
ARNAUD FINISTRE / AFP Comme ici, à Montbard, en Côte-d’Or, la décrue s’annonce enfin dans les départements touchés par la montée des eaux, mais il faudra se montrer patient.

MÉTÉO - Si la situation se rétablit petit à petit dans la Vienne après un week-end très chargé en intempéries et en inondations, la vigilance reste clairement de mise. L’Indre-et-Loire, en vigilance rouge dès samedi, est repassée en orange lundi après-midi. Dans l’ensemble du département, 562 personnes ont été évacuées ce week-end. Toutes ont été appelées à rentrer chez elles. En Haute-Vienne, les recherches d’un kayakiste porté disparu depuis samedi après-midi devraient reprendre mardi matin.

Le risque de crues sur le territoire n’est pas encore écarté, comme en atteste le dernier bulletin d’alerte de Météo France qui conserve. L’Indre-et-Loire, l’Aube, la Nièvre, la Charente, la Charente-Maritime, la Dordogne, la Gironde restent en orange. L’Yonne et la Saône-et-Loire en vigilance rouge pour ce mardi 2 avril.

Crue « exceptionnelle » dans l’Yonne et la Côte-d’Or, les images des rues inondées et des premières évacuations

Dans ces deux départements de Bourgogne-Franche-Comté, le service de météorologie évoque les « crues majeurs de l’Armançon et l’Arroux », visibles sur le site de vigicrues.

Dans la Saône-et-Loire, 36 communes sont à ce stade concernées par le risque de crue. Toutefois, les rares averses prévues ce mardi ne devraient pas aggraver le phénomène mais provoquer un « simple retard » de la décrue, comme le précise la préfecture du département.

Dans la commune d’« Étang-sur-Arroux, le pic de la crue a atteint la côte de 4,15m à 23h (soit 35cm de plus que le 11 mars dernier). Depuis, une lente baisse s’est engagée », indiquent les services de l’État de la Saône-et-Loire. Dans l’Yonne, la préfecture alerte sur le danger toujours présent aux abords de l’Armançon (vigilance rouge) et du Serein (vigilance orange).

« La montée des eaux a vraiment été rapide et forte sur toute la journée de lundi et elle se poursuit aujourd’hui » indique ce mardi sur France Bleu, Pauline Girardot, secrétaire générale de la préfecture de l’Yonne. « Les niveaux d’eau atteints sont proches de ceux d’une crue cinquantennale et ils dépassent les niveaux atteints lors de la crue de référence de 2013 », ajoute-t-elle. Dans ce département, la décrue s’annonce donc lente, comme souvent à cette période de l’année.

Lente décrue en Bourgogne

À ce stade, l’Yonne et la Saône-et-Loire sont accompagnés de quatre autres départements concernés, eux, par une vigilance orange pour ce même risque. Parmi eux, l’Aube, la Nièvre, la Gironde, ainsi que la Côte-d’Or, département auparavant concerné par la vigilance rouge.

Il faut dire que le week-end n’a pas été de tout repos dans ce département. La Côte-d’Or étant l’une des zones les plus impactées depuis lundi. Et ce mardi, tout n’est pas encore revenu à la normale. C’est même l’inverse qui se produit pour la rivière l’Ouche, qui traverse Dijon. Car le niveau d’eau ne cesse de grimper alors que la tendance est plutôt à la baisse dans d’autres secteurs comme le bassin de l’Armançon, désormais en décrue, « permettant une amélioration de la situation », comme le souligne la préfecture de Côte-d’Or.

« La décrue de l’Ouche est amorcée depuis 2h du matin, mais elle sera longue », a également prévenu la première adjointe au maire de Dijon sur France Bleu ce mardi matin.

Dans le secteur de Dijon, la préfecture alerte toutefois sur le risque dans les prochaines heures, avec des « niveaux pouvant atteindre 3 mètres à 3 mètres 20 à la station de Plombières-lès-Dijon jusqu’au début de la nuit de mardi à mercredi ».

À voir également sur Le HuffPost :

  

Météo : en avril, mai et juin, les températures seront plus élevées que la normale prévoit Météo-France

Le sable du Sahara, que l’on peut observer au printemps, a changé la couleur du ciel dans le Sud-Est