Publicité

Ingenuity, fourmis et lions au Kenya, vol silencieux des chouettes : l'actu des sciences en ultrabrèves

Au sommaire des ultrabrèves du 26 janvier 2024 : l'hélicoptère Ingenuity ne volera plus, des fourmis qui affectent la vie des lions et le vol discret des chouettes enfin compris.

L'actu des sciences du 26 janvier 2024, c'est :

En espace : Après une mission historique, la Nasa dit adieu à Ingenuity, son hélicoptère sur Mars.

  • En 2021, l'hélicoptère martien Ingenuity devient le premier engin motorisé à voler sur une autre planète, prouvant ainsi qu'il est possible de voler dans l'atmosphère de Mars ayant une densité équivalente à 1 % de celle de la Terre.

  • L'engin ne devait à l'origine décoller que cinq fois, mais c'est finalement 72 vols qu'effectuera Ingenuity dépassant largement les attentes de la Nasa avant d'endommager une de ses pales.

  • La Nasa est déjà en train de préparer un autre engin volant dans le cadre de la mission Dragonfly, dont le but est d'explorer Titan, la plus grande lune de Saturne.


En animaux : Au Kenya, des petites fourmis font plier les grands lions.

  • Les fourmis à grosses têtes ne font que quelques millimètres de long, mais elles impactent fortement la savane en dévorant les Crematogaster spp, une autre espèce de fourmis protégeant les acacias.

  • Les acacias ne sont donc plus protégés et sont alors le festin des éléphants, ce qui a pour effet d'augmenter la visibilité dans ces zones, en diminuant la densité végétale.

  • Les acacias sont utiles pour les lions qui les utilisent afin de tendre des embuscades aux zèbres, indirectement, l'arrivée des fourmis à grosses têtes a donc aidé les zèbres en défaveur des buffles qui se retrouvent maintenant davantage chasser par les lions.


En animaux : Le vol silencieux des chouettes décrypté : une inspiration possible pour les drones.

  • Les chouettes sont des rapaces connues pour leur discrétion, en particulier, elles sont capables de voler en ne produisant quasiment aucun bruit, et ce grâce à de petites franges sur leurs ailes.

  • Les phénomènes physiques derrière cette particulière discrétion sont longtemps restés un mystère, une équipe japonaise a montré que ces franges réduisaient les turbulences au bord de l'aile réduisant ainsi le bruit.

  • Ils ont aussi montré que les performances aé[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi