Publicité

INFO RMC SPORT. Droits TV: DAZN refuse de payer Canal+ pour son accord de distribution

C'est peut-être le début d'un nouveau feuilleton dans le dossier des droits télévisés. Le 12 août dernier, via un communiqué, DAZN et Canal+ annonçaient un partenariat privilégié entre leurs deux plateformes.

Contre un chèque de 60 millions d'euros, le "Netflix du sport" avait obtenu d'être distribué par Canal+ et de récupérer deux matchs de Ligue 1 par journée, les mêmes que ceux diffusés par la chaîne cryptée. Un moyen pour le nouvel entrant sur le marché français de favoriser son implantation et de se faire un nom aux côtés d'un acteur historique.

Mais les mois ont passé et le mariage bat aujourd'hui de l'aile. Selon nos informations, DAZN refuse de payer à Canal+ ces 60 millions d'euros. Non pas par manque d'argent, mais par posture. La plateforme n'est plus satisfaite par le "deal" passé l'été dernier, d'après plusieurs sources. La faute à ce montant très élevé mais aussi aux faibles retombées en termes d'abonnements. L'alliance avec le média dirigé par Maxime Saada n'a pas apporté de téléspectateurs supplémentaires à DAZN.

Une dernière offre de DAZN à hauteur de 500 millions d'euros pour la L1

Via cette association avec Canal+, DAZN pensait aussi préparer un autre accord, cette fois-ci sur la période 2024-2029, pour les droits de la Ligue 1. Mais pour l'heure, rien n'a été signé entre les deux parties, ce qui bloque encore aujourd'hui l'avancée des négociations de gré à gré entre la Ligue de football professionnel et DAZN. Selon une source proche du dossier, ces désaccords entre DAZN et Canal+ sont toutefois en passe d'être réglés.

Selon nos informations, la dernière offre faite par DAZN, il y a deux mois, pour les cinq prochaines saisons de Ligue 1, était de 500 millions d'euros pour l'ensemble des matchs. Cette proposition a été rejetée. La LFP vise elle toujours 900 millions, pour les droits domestiques et internationaux cumulés. Les positions des deux camps restent figées, alors que les clubs de Ligue 1 doivent prochainement présenter leurs budgets à la DNCG.

Article original publié sur RMC Sport