INFO M6 - Grégoire M., Français soupçonné de projeter des attentats, interpellé avec un arsenal de guerre

Inconnu des services, ce suspect a été arrêté fin mai lors du passage d’un poste frontière entre l’Ukraine et la Pologne. Selon plusieurs sources, il pourrait avoir pour cible des mosquées ou des synagogues sur le territoire français.

Un Français de 25 ans, Grégoire M., a été arrêté le 21 mai dans l’ouest de l’Ukraine alors qu’il tentait de franchir la frontière avec la Pologne. En inspectant son véhicule utilitaire, les gardes-frontières ukrainiens ont découvert un impressionnant arsenal composé d’armes de guerre et d’explosifs. 

Des synagogues ou des mosquées visées ?

Selon plusieurs sources, ce suspect originaire de Lorraine, jusqu’ici inconnu des services de renseignement et de la justice, aurait projeté d’acquérir des munitions, puis de les convoyer en France afin de commettre des attentats sur le sol national. D’après des informations concordantes, l’homme aurait évoqué des projets d’attentats sur le sol français. Il aurait évoqué comme cibles potentielles des synagogues ou des mosquées sur le territoire national.

Un possible complice recherché

Toujours détenu par les autorités ukrainiennes, le jeune suspect aurait été repéré plusieurs jours avant son arrestation par des services de sécurité locaux qui le soupçonnaient de vouloir se procurer des armes.  En inspectant l’habitacle du véhicule intercepté, les gardes-frontières vont mettre la main sur un inquiétant arsenal : au moins trois lance-roquettes, plusieurs systèmes de visée, une centaine de détonateurs, plus de cent kilos de TNT, une demi-douzaine de fusils d’assauts de modèle Kalachnikov, et de nombreuses cagoules.

250.000 euros d’armes et d’explosifs

Une perquisition a ensuite eu lieu à son domicile, et les enquêteurs ont mis la main sur des composants d’explosifs, et un t-shirt portant le sigle d’une organisation d’extrême-droite. Selon nos informations, le montant de l'arsenal est estimé à plus de 250.000 euros. Les autorités s'interrogent sur l'origine du financement ayant permis d'acheter ces armes.
 Pour l’heure, l’homme est toujours détenu par les autorités ukrainiennes, qui recherchent un possible complice, à bord d'une autre voiture, qui n'a pas été appréhendée par les autorités.

Adrien Cadorel