En faisant la promo de gélules pour "guérir le cancer", cet influenceur fait scandale

PARIS, FRANCE - 11/19/2021: Reality TV candidate and influencer, Dylan Thiry poses during a portrait cession in Paris, France on 11/19/2021. (Photo by Eric Fougere/Corbis via Getty Images) (Eric Fougere - Corbis via Getty Images)

Gros bad buzz. Dépourvu de compétences médicales, l’influenceur Dylan Thiry s’est attiré les foudres de la sphère médicale et politique après avoir vanté une pilule anti-cancer sur les réseaux sociaux. Des propos qui pourraient l’exposer à des poursuites.

C’est un carton rouge. Rendu célèbre pour sa participation à de nombreuses émissions de téléréalité, l’influenceur Dylan Thiry s’est attiré les foudres de la sphère médicale et politique après avoir vanté une pilule "miracle" sur les réseaux sociaux. Habitué des placements de produits, le candidat de 27 ans a fait la promotion d'un médicament qui pourrait détruire les cellules cancérigènes, selon lui.

"Je vais vous dire un truc qui est une dinguerie, je vous promets que c'est la vérité, c'est hallucinant. C'est quelque chose qui guérit les cellules cancérigeuses (sic). C’est-à-dire que si tu as des cellules cancérigeuses dans ton corps, ce produit-là les tue", a-t-il déclaré sur Snapchat, laissant naître un nouvel espoir dans l’esprit de milliers de personnes malades.

L’influenceur, qui a quitté la France pour s’installer à Dubaï, a ensuite précisé que le traitement était interdit en Europe, se laissant aller à des théories complotistes. "Ils ne veulent pas. C'est beaucoup plus intéressant pour eux que vous alliez à l'hôpital et que vous payiez une blinde", a-t-il affirmé tout en expliquant que les gouvernements passeraient à côté de forts bénéfices dans le cas où ce médicament venait à être commercialisé.

VIDÉO - Dr Christian Recchia : "On ne guérit jamais d’un cancer, on vit avec"

Il devra "rendre des comptes"

Rapidement, sa prise de parole a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux. Le député écologiste Aurélien Taché a par exemple rappelé qu’il devra "rendre des comptes" si sa proposition de loi était adoptée. Cosignée par plusieurs députés de La France insoumise, elle vise à "encadrer les pratiques commerciales et publicitaires liées au marché de l’influence sur Internet".

Pour rappel, les cancers représentent en France la première cause de décès chez l’homme et la deuxième chez la femme. Les plus fréquents chez l’homme sont ceux de la prostate, du poumon et colorectaux. Chez la femme, le cancer du sein est le plus courant, suivi du cancer colorectal et du poumon.

VIDÉO - Dr Christian Recchia : "C’est le premier cancer, tous sexes confondus, alors il faut y penser"