Inflation : pas de « profiteurs » dans l’alimentaire, assure Bruno Le Maire

France's  Minister for the Economy and Finances Bruno Le Maire holds a press conference to announce measures aimed at alleviating the strain from rising energy prices on communities, businesses, and public services,  at the Matignon Hotel in Paris, on October 27, 2022. - Elisabeth Borne announced an aid package reportedly amounting to 12 billion euros. (Photo by Emmanuel DUNAND / AFP)
EMMANUEL DUNAND / AFP France's Minister for the Economy and Finances Bruno Le Maire holds a press conference to announce measures aimed at alleviating the strain from rising energy prices on communities, businesses, and public services, at the Matignon Hotel in Paris, on October 27, 2022. - Elisabeth Borne announced an aid package reportedly amounting to 12 billion euros. (Photo by Emmanuel DUNAND / AFP)

ÉCONOMIE - « Il n’y a pas eu de profiteurs de l’inflation dans l’alimentaire », a affirmé samedi le ministre de l’Economie Bruno Le Maire dans une interview au journal Le Parisien qui semble confirmer les conclusions de plusieurs rapports parlementaires.

Dans un contexte où le taux d’inflation des produits alimentaires s’est approché des 12% sur un an en octobre selon l’Insee, « j’ai demandé à l’Inspection générale des finances (IGF) de faire une étude », a déclaré au quotidien le N.2 du gouvernement.

« La conclusion est sans appel : il n’y a pas eu de profiteurs de l’inflation dans l’alimentaire. Ni les agriculteurs ni les distributeurs, ni l’industrie agroalimentaire n’ont pris au passage de rémunération excessive », a-t-il ajouté.

Selon le rapport de l’IGF consulté samedi par l’AFP, « au total, la hausse des prix des produits alimentaires résulte de la combinaison de plusieurs facteurs : guerre en Ukraine, reprise post-Covid, réchauffement climatique, crise sanitaire animale et divers facteurs de nature économique (compétitivité de l’économie, pénurie de main-d’oeuvre...) ».

Des hausses de prix « suspectes » pour Leclerc

Fin juin, le président du comité stratégique des magasins E.Leclerc, Michel-Edouard Leclerc, avait déploré que « la moitié des hausses demandées » par les industriels dans le cadre de renégociations sur le prix des denrées destinées à être vendues par les grandes surfaces n’étaient « pas transparentes » et étaient « suspectes ».

Un rapport sénatorial publié le 19 juillet avait toutefois conclu qu’à l’exception de quelques « cas particuliers » il n’était pas observé de « phénomène généralisé de hausses abusives ».

Quelques jours plus tard, un rapport des députés Aurélie Trouvé (La France insoumise) et Xavier Albertini (Horizons) n’avait pas davantage permis de déceler « des comportements abusifs systémiques de la part des industriels ou des distributeurs ».

De son côté, l’IGF a sélectionné un échantillon de douze produits alimentaires du quotidien (escalope de poulet, yaourts nature, baguette...) et a étudié l’évolution dans le temps de la marge brute des différents acteurs de la chaîne de production.

L’analyse révèle d’une part « que l’industrie agroalimentaire a comprimé ses marges » et d’autre part que « la grande distribution n’a pas contribué à renchérir les prix à la consommation des produits alimentaires », démentant donc l’hypothèse d’une inflation subie uniquement par le consommateur final.

Malgré ce partage de l’effort, et une inflation inférieure en France à celle d’autres pays européens, l’IGF souligne qu’en un an, « certains produits alimentaires ont connu des hausses de prix particulièrement élevées avec par exemple +60% pour les huiles, +22% pour la farine, +20% pour les pâtes et +16% pour la volaille. »

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi