Publicité

"Infiltration" ukrainienne en Russie : accusations de Moscou, démenti de Kyiv

"Infiltration" ukrainienne en Russie : accusations de Moscou, démenti de Kyiv

Selon les autorités russes, un civil a été tué et un enfant de 11 ans blessé après que des "saboteurs" ont ouvert le feu sur une voiture dans le village de Lioubetchané dans la région de Briansk, situé juste à la frontière avec l'Ukraine.

Les agences de presse russes, citant des témoins et responsables anonymes, ont en outre rapporté que les assaillants présumés pourraient avoir pris des otages. L'AFP n'était pas en mesure de vérifier ces affirmations dans l'immédiat.

Dans une allocution retransmise à la télévision, M. Poutine a dénoncé une attaque commise par des "néonazis" et des "terroristes" ayant "ouvert le feu sur des civils". "Nous les écraserons", a-t-il lancé.

Selon le Kremlin, M. Poutine a annulé un déplacement prévu jeudi dans le Caucase russe pour suivre l'évolution de la situation dans la région de Briansk.

"Le président Poutine est au Kremlin, il reçoit des rapports constants des forces de l'ordre", a indiqué Dmitry Peskov, porte-parole du Kremlin. "Les forces de sécurité rendent compte des actions qu'elles mènent pour contrer les terroristes. Poutine reçoit également des rapports d'Alexander Bogomaz, gouverneur de la région de Bryansk, sur la situation sur le terrain et sur mesures prises pour assurer la sécurité de nos concitoyens."

Nous parlons d'une attaque terroriste. Des mesures sont prises pour détruire les terroristes.

En début de soirée, les services de sécurité (FSB, héritier du KGB) ont affirmé que la situation était "sous contrôle". Selon eux, un "grand nombre d'explosifs" ont été découverts et des opérations de déminage étaient en cours.

Selon le gouverneur régional, Alexandre Bogomaz, "un groupe de reconnaissance et de sabotage s'est infiltré depuis l'Ukraine dans le village de Lioubetchané", dans le district de Klimovsk de la région de Briansk.

Kyiv fustige une "provocation"

La présidence ukrainienne a démenti ces allégations, y voyant une "provocation délibérée" qui vise, selon elle, à justifier l'offensive militaire que mène Moscou en Ukraine depuis plus d'un an.

Cette "histoire" de saboteurs "est une provocation délibérée, classique. La Russie veut effrayer sa population pour justifier" son offensive, a réagi sur Twitter Mykhaïlo Podoliak, conseiller de la présidence ukrainienne.

Par ailleurs, M. Bogomaz a rapporté une attaque ukrainienne au drone sur le village de Souchany, qui a provoqué l'incendie d'une maison, ainsi que des tirs de mortier ayant endommagé deux maisons dans la localité de Lomakovka, également dans la région de Briansk.

Et dans la région de Koursk, elle aussi frontalière de l'Ukraine, une personne a été tuée dans un bombardement ukrainien sur le village de Tetkino, selon les autorités.

Moscou a rapporté cette semaine une recrudescence d'incursions de drones ukrainiens sur le territoire russe et en Crimée annexée. Un appareil s'est même écrasé, pour la première fois, dans la région de Moscou.