Infectés par le parasite de la toxoplasmose, des loups deviennent chefs de meute

JAMES HAGER / ROBERT HARDING PREMIUM / ROBERTHARDING VIA AFP

Les loups infectés par le parasite responsable de la toxoplasmose, Toxoplasma gondii, sont plus susceptibles que les loups non infectés de devenir chefs de meute, suggère une nouvelle étude.

Connaissez-vous Toxoplasma gondii ? Ce parasite, agent de la toxoplasmose, a pour hôte définitif les félins (chats, pumas, lions...), mais peut se retrouver de façon accidentelle chez d’autres animaux à sang chaud tels que les souris, les loups ou encore les humains ayant été en contact avec ces matous.…Une étude publiée dans Communications Biology a suivi pendant 26 années 229 loups gris (Canis lupus) du parc national de Yellowstone (États-Unis), et montre comment ce parasite pourrait influencer le comportement des loups et les dynamiques de populations en les incitant à devenir chefs de meute.

Une cohabitation entre loups et pumas responsable de l'infection

Les loups gris du parc de Yellowstone vivent à proximité des pumas (Puma concolor) connus pour être porteurs du parasite, dont ils volent parfois les proies, sources potentielles d'infection par le parasite. D'après l'analyse comportementale, spatiale et sérologique de ces 229 loups, l'infection parasitaire inciterait les loups à avoir un comportement plus "à risque", augmentant les échanges avec les pumas. Les loups infectés par le parasite seraient 11 fois plus susceptibles de quitter le nid familial dès le plus jeune âge pour fonder une nouvelle meute. En effet, 50% des loups mâles infectés auraient tendance à se séparer de la meute dès six mois, contre 21 mois pour les loups mâles non infectés. Il en va de même chez les femelles infectées dont au moins 25% vont quitter la meute dès 30 mois contre 48 mois pour les femelles non infectées par le parasite. Selon les auteurs de ces travaux, se séparer de la meute de façon prématurée augmente vraisemblablement la transmission de maladies entre les loups et les pumas. Les loups infectés par le parasite sont également 46 fois plus susceptibles de devenir chef de meute, rôle qui revient à l'animal le plus agressif et téméraire de la meute.

Cette étude est l'une des rares à montrer les effets du parasite sur le comportement des animaux sauvages et selon Dan Macnult[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi