En Indonésie, un groupe de jeunes éboueurs bénévoles combat les inondations

PHOTO TIKTOK via @pandawaragroup

Ils ont baptisé leur groupe “Pandawara”, contraction de “Pandawa”, nom des cinq héros de l’épopée indienne qu’est le Mahabharata, livre sacré de l’Hindouisme, et de wara, mot d’origine sanskrite signifiant “beauté”, “excellence”. “Tout a commencé au début de 2022 par une expérience partagée par ces cinq copains de lycée : leur maison, dans le sud de la ville de Bandung [Java-Ouest], est affectée par des inondations récurrentes”, raconte Kompas.

Ikhsan et ses quatre amis, Gilang, Rifqi, Agung et Raflyi, cherchent les causes de ces inondations. Ils découvrent rapidement qu’elles proviennent de l’accumulation de déchets dans la rivière voisine. Équipés de bottes et de gants en caoutchouc, ils plongent sans dégoût dans l’eau nauséabonde pour y ramasser des ordures parfois “gigantesques”, comme des matelas et des meubles usagés.

Le quotidien note que “les Pandawara ne s’attendaient pas à ce que leur activité d’éboueurs bénévoles attire sur leur compte TikTok @pandawaragroup plus de 1,2 million d’abonnés et 26,3 millions de likes”. Leur première vidéo postée sur la plateforme, ‘La rivière la plus extrême à ce jour’, a été vue 32,2 millions de fois”.

D’autres initiatives à venir

Bien que leur action soit noble, elle a suscité des critiques d’internautes qui accusaient les “Pandawara” de chercher la célébrité sur les réseaux sociaux. En réponse à ces accusations, les cinq amis ont poursuivi leur mission avec encore plus d’ardeur. “À ce jour, ils ont nettoyé plus de 30 rivières dans le sud de Bandung avec l’aide de nombreuses personnes qui se sont portées volontaires”, précise Kompas.

Aujourd’hui, ils lancent sur TikTok divers mouvements pour encourager d’autres initiatives contre la pollution et pour la protection de l’environnement telles que le hashtag #OneDayOneTrashbag, accompagné d’une nouvelle vidéo édifiante.

Le 3 janvier, à la suite de leur élection par TikTok, le maire de Bandung, Ridwan Kamil, a invité les Pandawara à sa table, puis s’est fendu d’un post sur son compte Instagram : “Ces éboueurs en herbe ont eu droit à un déjeuner et se sont lavé le visage et les cheveux afin d’être étincelants de propreté, comme l’environnement dont nous avons toujours rêvé.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :