Indigné par l'ouverture des Fnac, ce gérant de librairie du Mans refuse de fermer sa boutique

Jérôme Lachasse
·3 min de lecture
Le gérant de librairie
Le gérant de librairie

Les librairies, au même titre que les autres lieux accueillant du public, comme les restaurants, les cinémas ou encore les salles de spectacle et les musées, ont été contraintes de fermer leurs portes jeudi soir. Si elles pourront pratiquer le "click & collect", le manque à gagner est colossal pour de nombreuses petites structures.

Alors que la direction de Fnac Darty a décidé d'ouvrir ses magasins pendant le confinement au prétexte qu'ils vendent "des ordinateurs, des téléphones, de l'électroménager, tout ce qu'il faut pour télétravailler", rapporte Europe 1, Samuel Chauveau, le gérant de la librairie de BD "Bulle" au Mans, refuse de suivre les directives gouvernementales et choisit de rester ouvert.

"La librairie restera ouverte jusqu’à nouvel ordre!"

Son objectif, avec ce cri d'alerte, est de faire entendre la parole des indépendants et de s'insurger face à l'absence de mesures du gouvernement pour le monde de la culture:

"Je vous l’annonce, la librairie restera ouverte jusqu’à nouvel ordre!", lance Samuel Chauveau dans une vidéo publiée sur le compte Facebook de sa librairie.

"Comme lors du premier confinement, les hypermarchés vont continuer à vendre des livres. Et, coup de tonnerre, pour ce second confinement, les Fnac sont autorisées à rester ouvertes. Là, je crois que c'est réellement trop!", s'indigne l'homme qui pose devant deux albums aux titres évocateurs: Résistances et Faut pas prendre les cons pour des gens.

Le Comptoir du rêve, une autre librairie spécialisée en BD située à Toulouse, a suivi le mouvement et a annoncé ce vendredi sur Facebook avoir pris la décision de rester ouvert pendant le reconfinement: "Nous avons la très grande chance de vendre des biens essentiels", explique son gérant Cyrille Cotelle en assurant avec malice qu'il vend dans sa boutique des feuilles de papier blanc et des ordinateurs.

"Si par inadvertance vous aviez l'intention d'acheter du papier imprimé sous cette forme que l'on nomme livre, vous pourrez en acheter", ajoute-t-il dans cette vidéo où il pose aussi devant l'album Faut pas prendre les cons pour des gens. "Nous avons une très grande chance pendant ce reconfinement, c'est que nous ne sommes pas une librairie. Comme vous le savez, le seul endroit en ce moment où vous ne pouvez pas acheter des livres, c'est dans une librarie."

Joann Sfar et Riad Sattouf se mobilisent

Le monde de la culture se mobilise pour la réouverture des librairies. Le dessinateur Joann Sfar a publié sur les réseaux sociaux plusieurs croquis moqueurs d'Emmanuel Macron. "Quoi qu'il en coûte, je n'aurai pas un mot pour la culture", lui fait-il dire dans l'une.

"Bien entendu, pendant que certains libraires fermeront définitivement, vous pourrez toujours commander sur Amazon", lance dans une autre le chef de l'Etat croqué par le dessinateur.

Riad Sattouf, l'auteur des Cahiers d'Esther et de L'Arabe du Futur, dont le cinquième tome sort le 5 novembre prochain, milite lui aussi pour la réouverture des librairies. "Levez la main si vous voulez que les librairies restent ouvertes!", a-t-il écrit dans un tweet mentionnant Emmanuel Macron et Jean Castex.

Catherine Meurisse, ancienne dessinatrice de Charlie Hebdo, s'est elle aussi mobilisée en publiant sur Instagram un message de soutien aux librairies. François Busnel, le présentateur de La Grande librairie, a enfin annoncé ce matin le lancement d'une pétition pour que le gouvernement revienne sur sa décision et ouvre les librairies: "C'est l'endroit où vous pouvez trouver de l'espoir, trouver de la consolation. Trouver également ce qui vous dérange, ce qui vous inquiète, ce qui vous fait progresser, ce qui vous fait penser par vous-même."

Article original publié sur BFMTV.com