Indice de réparabilité, nouvelle étiquette énergie : ce qui va changer

Par Guerric Poncet
·1 min de lecture
L'indice de réparabilité est destiné à informer le consommateur sur le caractère plus ou moins réparable des produits, dans le but d'allonger leur durée de vie.
L'indice de réparabilité est destiné à informer le consommateur sur le caractère plus ou moins réparable des produits, dans le but d'allonger leur durée de vie.

L'indice de réparabilité a débarqué le 1er janvier 2021 en rayon et sur Internet pour de nombreux produits électroniques, du smartphone au lave-linge, en passant par les téléviseurs et autres ordinateurs. Imaginée par la loi anti-gaspillage de février 2020, cette note sur dix est accompagnée d'un pictogramme rouge, orange, jaune ou vert, un peu à la manière du score environnemental noté A, B, C, etc. Elle est calculée en fonction de plusieurs critères :

- la disponibilité de la documentation : le fabricant donne-t-il un accès facile et permanent à une documentation complète en français, y compris pour les produits retirés de la vente ?

- la démontabilité, l'accès et les outils : est-il facile de démonter le produit avec des outils communs ?

- la disponibilité des pièces détachées : le client pourra-t-il encore faire réparer son produit dans plusieurs années ?

- le prix des pièces détachées : la réparation restera-t-elle plus intéressante que l'achat d'un nouveau produit ?

Lorsqu'ils sont mal pris en compte, ces éléments sont des facteurs d'obsolescence programmée, bête noire de la loi anti-gaspillage. Si le décret d'application précise que l'indice doit être affiché dès le 1er janvier 2021, la verbalisation des défauts d'affichage ne commencera qu'en janvier 2022. Ainsi, beaucoup d'enseignes n'ont pas encore pris sérieusement le virage.

À LIRE AUSSIL'audacieux combat des produits anti-obsolescence programmée

Un déploiement à plusieurs vitesses

« Cette loi anti-gas [...] Lire la suite