Publicité

En Inde, les images de la légion étrangère devant Modi et Macron, invité d’honneur d’un défilé militaire

INTERNATIONAL - Comme un air de 14 juillet. Chars, avions de chasse, lance-missiles et régiments en grand uniforme : le président français Emmanuel Macron a assisté vendredi 26 janvier à une démonstration de force de l’armée indienne lors d’un défilé militaire haut en couleur à New Delhi.

Thomas Pesquet accompagne Emmanuel Macron en Inde, voici pourquoi

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article, le chef de l’Etat était l’invité d’honneur du Premier ministre Narendra Modi pour la fête de la Constitution indienne, entrée en vigueur le 26 janvier 1950, deux ans après l’indépendance

Les deux dirigeants ont assisté à la parade côte-à-côte depuis la tribune d’honneur dans un cérémonial mêlant tradition de l’Empire britannique et symboles de l’Inde contemporaine. Emmanuel Macron a remonté la grande avenue de parade conduisant à l’India Gate, l’Arc-de-Triomphe indien, dans un carosse tiré par six chevaux et emmené par un détachement de cavalerie en grand apparat.

Après le coup d’envoi du défilé, au son de l’hymne indien et de 21 coups de canon, 150 légionnaires français, célèbres pour leur pas très cadencé, ont ouvert les festivités, suivis d’un survol de deux chasseurs Rafale français. Sous un soleil contrarié par un voile de pollution, chars russes T-90, cavalerie à dos de chameau, infanterie, marins et aviateurs se sont succédé sur un pas très martial.

Modi invité d’honneur du 14 juillet

Narendra Modi, qui avait été l’invité d’honneur pour le défilé militaire du 14 juillet à Paris, lui rend la pareille six mois plus tard alors que le partenariat industriel et militaire s’intensifie entre les deux pays.

Le dirigeant nationaliste hindou, déterminé à afficher la puissance indienne sur la scène internationale, avait d’abord invité le président américain Joe Biden, qui n’a finalement pas donné suite sur fond de tensions après un projet d’assassinat d’un séparatiste sikh à New York.

La France lorgne de nouveaux contrats militaires avec l’Inde, dont le premier fournisseur d’armements reste la Russie mais qui, soucieuse de son autonomie stratégique, continue à diversifier ses acquisitions. Elle espère aussi lui vendre six réacteurs nucléaires EPR.

L’Inde a déjà acheté 36 Rafale français pour son armée de l’Air et est en négociation pour en acquérir 26 autres pour sa Marine. Elle souhaite aussi consolider sa base industrielle de défense à travers des coentreprises avec des groupes français, de Dassault au missilier MBDA.

Une journaliste française mencée d’expulsion

Le président Macron fera aussi la promotion de la France auprès des investisseurs indiens, encore peu présents dans ce pays, avant de s’adresser à la communauté française, l’occasion peut-être de revenir sur la situation politique et sociale en France.

Mais en s’affichant au côté du Premier ministre indien, le président Macron se retrouve aussi montré du doigt par les organisations de défense des droits humains qui dénoncent les dérives autoritaires du régime indien et la répression des minorités religieuses, notamment des musulmans.

Le cas de la journaliste française Vanessa Dougnac, menacée d’expulsion pour des articles jugés « malveillants », s’est aussi invité dans la visite. Le nouveau ministre des Affaires étrangères Stéphane Séjourné devait s’entretenir du sujet avec son homologue indien.

A voir aussi sur Le HuffPost :

En Inde, Macron rend visite à Modi, un Premier ministre nationaliste en campagne

Pourquoi les plages idylliques de l’Inde sont au cœur d’une crise diplomatique avec les Maldives