Inde : aucun rhinocéros n'a été braconné en 2022 dans le parc national de Kaziranga

ANUWAR HAZARIKA / NurPhoto / NurPhoto via AFP

Des autorités indiennes ont annoncé qu'aucun rhinocéros n'avait été braconné dans le parc national de Kaziranga qui abrite des animaux menacés.

En août 2022, l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) évoquait le bilan mitigé de la conservation des rhinocéros. Mais une nouvelle donnée vient cependant égayer ce résultat : aucun rhinocéros n'a été braconné l'année dernière dans le parc national de Kaziranga situé dans l'Etat d'Assam, en Inde. Cette nouvelle n'est pas à prendre à la légère, ce parc est en effet la plus grande réserve abritant des rhinocéros indiens (Rhinoceros unicornis), une espèce vulnérable.

Une bonne nouvelle qui ne s'était pas présentée depuis 1977

Entre les années 2000 et 2021, les braconniers avaient tué plus de 190 rhinocéros à Assam. Mais la police locale a certifié à l'agence de presse Reuters qu'aucun rhinocéros n'a subi ce sort en 2022. Cette situation ne s'était pas produite depuis 1977. "Le gentil géant est désormais bien plus en sécurité à Assam", s'est félicité Himanta Biswa Sarma, le ministre en chef (sorte de chef du gouvernement) de l'Etat d'Assam.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Ce chiffre ne signifie pas qu'aucune attaque n'a été menée : selon les autorités, 58 braconniers ont été arrêtés, cinq blessés et quatre tués. Par ailleurs, la police souhaite maintenant aller plus loin et enquêter davantage afin d'identifier les acheteurs étrangers.

Des rhinocéros chassés et braconnés

Les rhinocéros indiens, que l'on reconnaît facilement grâce à leur corne unique, ont été décimés au début du 19e siècle par la chasse sportive, selon l'organisation de protection animale IFAW. Le braconnage est devenu une menace supplémentaire, ciblant ces mammifères pour leur corne pourvue soi-disant de vertus médicinales.

Selon le Fonds mondial pour la na[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi