Incidents à Milan et Turin lors de manifestations anti-couvre-feu

·1 min de lecture
INCIDENTS À MILAN ET TURIN LORS DE MANIFESTATIONS ANTI-COUVRE-FEU
INCIDENTS À MILAN ET TURIN LORS DE MANIFESTATIONS ANTI-COUVRE-FEU

ROME (Reuters) - Des incidents ont opposé lundi soir à Milan et Turin la police à des manifestants qui protestaient contre le couvre-feu mis en place pour freiner la propagation du coronavirus.

Plusieurs magasins de luxe ont été saccagés dans le centre de la capitale piémontaise par des groupes de jeunes gens descendus dans les rues à la nuit tombée en allumant des fusées de feux d'artifice. La police a répliqué à l'aide de gaz lacrymogène.

A Milan, les forces de l'ordre se sont également heurtées à des groupes de manifestants scandant "Liberté, Liberté".

Le gouvernement italien a ordonné dimanche la fermeture des bars et restaurants à 18h00 ainsi que la fermeture totale des salles de sport, cinémas et piscines.

Un certain nombre de régions comme la Lombardie ou le Piémont ont également opté pour des couvre-feux nocturnes.

Alors que les mesures de confinement avaient été bien acceptées lors de la première vague épidémique du printemps, les nouvelles mesures de restriction sont contestées, parfois avec violence. Outre Milan et Turin, des manifestants sont descendus lundi dans les rues de Trévise, Trieste, Viareggio, Rome, Naples, Salerne, Palerme ou encore Syracuse.

Le gouvernement de Giuseppe Conte a promis de présenter mardi un nouvel ensemble de mesures de soutien à l'économie pour tenter d'apaiser la situation.

L'Italie, pays le plus touché au début de la pandémie de coronavirus en Europe, a été dépassé par d'autres pays comme le Royaume-Uni ou la France mais le nombre d'infections est nettement reparti à la hausse depuis le mois d'octobre.

(Crispian Balmer; version française Jean-Stéphane Brosse)