Des piétons renversés dans le quartier des musées à Londres, un homme interpellé

1 / 2

DES PIÉTONS RENVERSÉS DANS LE QUARTIER DES MUSÉES À LONDRES, UN HOMME INTERPELLÉ

Un homme a été interpellé samedi devant le Museum d'histoire naturelle de Londres où plusieurs piétons ont été blessés après avoir été renversés par une voiture dans des circonstances qui n'ont pas encore été établies par la police. /Photo prise le 7 octobre 2017/REUTERS/Peter Nicholls

LONDRES (Reuters) - Un homme a été interpellé samedi devant le Museum d'histoire naturelle de Londres où plusieurs piétons ont été blessés après avoir été renversés par une voiture dans des circonstances qui n'ont pas encore été établies par la police.

D'après des médias britanniques, une voiture est montée sur le trottoir et a heurté plusieurs personnes qui se trouvaient devant l'entrée du musée située sur Exhibition Road, dans le quartier de Kensington.

Plusieurs personnes ont été blessées et un homme a été interpellé sur les lieux, a confirmé la police britannique.

La Metropolitan Police précise être intervenue sur une collision. "Des investigations sont en cours pour établir les circonstances et les motifs", a-t-elle ajouté dans un communiqué.

Un porte-parole de la police de Londres a précisé par la suite que les enquêteurs ne considéraient pas à ce stade de leurs investigations avoir affaire à un acte terroriste. Mais une autre porte-parole a contredit cette présentation des faits, soulignant que des agents de l'antiterrorisme étaient sur place et qu'ils n'avaient pas rendu leurs conclusions.

Une journaliste de la BBC citant des policiers intervenus sur place a rapporté que les blessures des piétons étaient légères.

La direction du Museum d'histoire naturelle, un des sites touristiques les plus fréquentés du Royaume-Uni, a précisé dans un communiqué qu'un véhicule avait heurté des piétons à proximité de l'entrée de l'établissement donnant sur Exhibition Road.

Les accès au musée ont été fermés, et les visiteurs qui se trouvaient à l'intérieur ont pu partir par une autre sortie.

Les services de Theresa May ont indiqué que la Première ministre était tenue informée de l'évolution de la situation, une procédure habituelle dans ce genre de circonstances.

La Grande-Bretagne est actuellement placée au deuxième échelon d'alerte, les services de sécurité jugeant hautement probable une nouvelle attaque.

Depuis le début de l'année, cinq attentats ont été commis sur le sol britannique, dont trois ont impliqué des véhicules-béliers.

Le 22 mars à Londres, un homme a foncé à bord d'un 4x4 sur des passants sur le pont de Westminster puis tué un policier à l'arme blanche avant d'être abattu. L'attaque, revendiquée par l'organisation Etat islamique (EI), a fait cinq morts.

Le 4 juin, une double attaque à la camionnette puis à l'armée blanche menée par trois hommes dans le secteur du London Bridge, au coeur de la capitale, a fait huit morts.

Le même mois, un homme précipitait une camionnette sur des fidèles regroupés devant une mosquée du nord de Londres, faisant un mort.

(Michael Holden; Henri-Pierre André pour le service français)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages