Publicité

Les incendies qui frappent l’ouest du Canada sont-ils habituels ?

Une végétation sèche, des records de températures et des vents puissants : cette accumulation de phénomènes météorologiques explique pourquoi l’Alberta, dans l’ouest du Canada, subit cette année des feux de forêts d’une ampleur inédite.

Mais ces gigantesques incendies sont aussi une nouvelle illustration du dérèglement climatique expliquent les chercheurs. De par sa situation géographique, le Canada se réchauffe plus vite que le reste du monde.

Ces phénomènes sont donc appelés à se répéter de plus en plus souvent.

Des incendies exceptionnels pour la saison

Si le mois de mai est la saison habituelle des feux dans l’Alberta, l’ampleur des incendies est cette année inédite dans la province, qui a déclenché l’état d’urgence.

« Au total, 390 000 hectares ont déjà brûlé. C’est 10 fois plus qu’une année habituelle et nous n’en sommes qu’au début », a expliqué mardi à la presse la Première ministre de l’Alberta Danielle Smith.

« C’est une année exceptionnelle dans la mesure où l’accumulation des aires brulées est très rapide, tout comme le nombre de très grands feux en même temps », explique à l’AFP Yan Boulanger, chercheur en écologie forestière pour le ministère canadien des Ressources naturelles et spécialiste des feux de forêt.

L’immense majorité des incendies sont d’origine humaine - mégot de cigarettes, feux de camp mal éteints ou actes malveillants.

Le « dangereux » mois de mai

Le printemps est un moment à risque. Cet intervalle de temps sans neige au sol et avant ...


Lire la suite sur ParisMatch