Incendies: en Alaska aussi, les feux de forêt n'ont jamais été si nombreux

Les forêts de Clear Fire en proie aux incendies en Alaska, à la mi-juillet, ainsi qu'une image satellite des feux qui ravagent l'Etat américain (au milieu). - Captures d'écran Twitter & Copernicus
Les forêts de Clear Fire en proie aux incendies en Alaska, à la mi-juillet, ainsi qu'une image satellite des feux qui ravagent l'Etat américain (au milieu). - Captures d'écran Twitter & Copernicus

Le sud de l'Europe n'est pas le seul à être victime de violents incendies liés aux fortes chaleurs et à la sécheresse exceptionnelle. Des régions du monde plus fraîches et plus humides, moins habituées à ce genre de phénomènes, sont également touchées.

En Alaska par exemple, les feux de forêt font particulièrement rage depuis le début de l'année, comme le rapporte Le Guardian. Les sapeurs-pompiers américains luttent actuellement contre 264 incendies un peu partout dans l'État. Entre le début de l'année et la mi-juillet, plus d'1,2 million d'hectares sont déjà partis en fumée en Alaska. Un chiffre qui pourrait dépasser le record de 2004, qui s'élevait à 2,6 millions d'hectares brûlés cet été-là.

Une sécheresse sans précédent

Depuis début avril, l'Alaska a été victime de plus de 500 incendies. Au 15 juin, selon le quotidien britannique, plus de 405.000 hectares étaient partis en fumée, ce qui réprésente l'équivalent de ce qui brûle habituellement pendant toute la saison des incendies.

Des records de sécheresse ont été enregistrés en Alaska aux mois de mai et juin. "C'est sans précédent", a déclaré Rick Thoman, un spécialiste de la question climatique, au Centre de recherche international de l'Arctique (IARC). Pour lui, ce nombre élevé d'incendies est dû à un cocktail explosif de plusieurs éléments: "La sécheresse, la fonte précoce des chutes de neige, les vents et la foudre se sont tous combinés pour créer un début de saison difficile" .

Un temps frais et pluvieux s'est cependant installé la semaine dernière sur une grande partie de l'Alaska, selon la presse locale, calmant un peu ce début de saison catastrophique sur le plan des incendies.

L'Alaska étant un État américain grand et très faiblement peuplé, le nombre d"évacuations a été relativement limité. Quelques villages comme Anderson, des cabanes isolées, ou encore des camps miniers ont toutefois été contraints d'évacuer. Au moins une habitation a été brûlée, selon un dernier bilan des autorités, et quatre ours bruns ont été tués dans un camp réservé aux évacués, selon la chaîne ABC.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles