Publicité

Des implants cérébraux pour réparer les humains

Cette dernière décennie, le développement des implants cérébraux s'est accéléré de façon vertigineuse, avec des résultats époustouflants.

Cet article est issu du magazine Les Indispensables de Sciences et Avenir n°216 daté janvier/ mars 2024.

Le cerveau n'est plus une boîte noire. Non seulement les scientifiques sont désormais capables de le "lire", mais ils peuvent également modifier son activité. Ceci, à l'aide de dispositifs implantés qui en stimulent des régions spécifiques avec des courants électriques. Les objectifs sont aussi divers qu'ambitieux : traiter des maladies comme la dépression ou la maladie de Parkinson, améliorer la mémoire, ou même… redonner la parole à des personnes qui l'ont perdue, notamment suite à un AVC, en décodant ce qu'elles veulent dire.

Cette dernière décennie, le développement de ces implants cérébraux s'est accéléré de façon vertigineuse. Désormais, les chercheurs s'attellent à une nouvelle tâche : connecter le cerveau à des machines situées à l'extérieur du corps. Ces interfaces cerveau-machine, actuellement en phase de test, visent à redonner de la mobilité à des personnes paralysées en leur permettant de contrôler par l'esprit des fauteuils roulants ou des prothèses.

Clinatec a fourni l'exemple le plus abouti

L'exemple le plus abouti a été mis au point à Grenoble par des scientifiques du centre de recherches Clinatec. Grâce à leur implant, qui décrypte l'activité du cortex moteur, un patient tétraplégique a réussi en 2019 à remarcher en "conduisant" par l'esprit un exosquelette. Quatre ans plus tard, ce même implant a permis un nouvel exploit : une personne paralysée a pu contrôler elle-même ses membres.

Au lieu de connecter le cerveau avec une machine extérieure au corps, il envoie les "ordres" de l'utilisateur à un deuxième implant, localisé sur sa moelle épinière. Ce deuxième dispositif transforme ces messages en stimuli électriques qui réactivent les nerfs contrôlant les bras ou les jambes, redonnant de la mobilité à des personnes paralysées à cause d'un traumatisme de la colonne vertébrale.

Une connexion cerveau-machine plus rapide et précise

Et les avancées da[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi