Immobilier. Des îles à vendre… à tous les prix

Courrier Expat (Paris)
·1 min de lecture

Depuis le début de la pandémie, les amateurs s’arrachent les îles à louer ou à vendre. Et plus seulement quand elles sont situées sous les tropiques.

Acheter une île inhabitée “depuis cinq cents ans” et garantie contre toute tentative d’intrusion “pour le prix d’une place de parking à Londres” : c’est “l’opportunité unique” offerte par une maison de ventes écossaise, rapporte le quotidien d’Edimbourg The Scotsman.

À vrai dire, le montant de la mise à prix (80 000 livres, soit 93 000 euros) a des chances d’être dépassé le 26 mars prochain, date prévue de l’adjucation. Du moins si l’on en croit la description proposée par la maison Future Property Auctions. “Située sur l’idyllique côte ouest des Highlands écossais, l’une des régions les plus spectaculaires du pays, Deer Island, une île de 4 hectares couverte de forêt, est nichée au cœur du magnifique et paisible Loch Moidart”, à environ 45 miles [70 km] de Fort William, la ville la plus proche, mais tout près de l’île d’Eilean Shona, “qui appartient à la famille du magnat britannique Richard Branson”.

À lire aussi: Tendance. Acheter (ou louer) une île pour échapper à la pandémie

Seuls voisins à l’année selon le journal écossais : un couple, qui vit lui aussi sur une petite île – sans compter “des écureuils roux, des phoques et, de temps en temps, des dauphins”, ajoute de son côté le site de la chaîne CNN. “Soignante, Vanessa Rochester a donné un aperçu de la vie qu’elle mène sur le lac avec son mari et leur petit garçon. Pour se rendre au travail, elle doit marcher pendant une demi-heure tôt le matin

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :