Publicité

Immigration: Darmanin affirme qu'"il faut agir vite" et ouvre la voie à un "accord" sous conditions avec LR

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a répondu aux propositions des Républicains sur l'épineuse question de l'immigration, se disant prêt à redéposer un nouveau texte de loi avec les LR "s'il est discuté avec les centristes et les radicaux".

"Chiche, travaillons ensemble", a répondu ce samedi dans une interview donnée au Parisien le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin aux chefs de file des Républicains qui avaient interpellé, la semaine dernière, Emmanuel Macron dans Le JDD. "Chiche, monsieur le Président", avaient interpellé Éric Ciotti, Olivier Marleix et Bruno Retailleau avant de livrer le projet des LR sur l'immigration.

"Agir vite"

Les propositions des Républicains, très fermes, ont recueilli un avis mitigé au sein du gouvernement, mais "désormais les LR font des propositions. Tant mieux (...) on ne va pas, pendant quatre ans, nous priver de mesures efficaces en matière d'immigration", a déclaré Gérald Darmanin au quotidien, appelant à "agir vite" sur cette question, avec l'ambition d'avoir un texte "d'ici à cet automne".

Pas question alors pour le gouvernement de laisser passer une possibilité d'accord avec les LR, dont le soutien est stratégique à l'Assemblée nationale. Mais pas question non plus d'accéder à toutes les propositions des Républicains.

"Il y a des propositions, nombreuses, sur lesquelles nous sommes d’accord. D’autres où ça ne sera pas possible. Il n’y aura pas d’accord à n’importe quel prix. Chacun doit faire un pas", a déclaré Gérald Darmanin.

"Frexit migratoire"

Pour le ministre, la première proposition n'est autre qu'un "texte de loi ordinaire" qui "correspond en grande partie" au projet de loi de l'exécutif, sur lequel "on peut aboutir à un accord". La seconde proposition de la droite en revanche, constitutionnelle, "prévoit la sortie d'engagements internationaux de la France", souligne Gérald Darmanin, "ce qui peut s'apparenter à un Frexit migratoire".

"On ne peut sérieusement, à la volée, modifier la Constitution ou nos engagements européens sans un débat tranché par le peuple", a tranché le ministre de l'Intérieur.

Pour la députée Renaissance des Hauts-de-Seine Maud Bregeon, la majorité "dit aux Républicains 'travaillons ensemble'", a-t-elle déclaré sur le plateau de BFMTV. "Il y a, dans les propositions qui ont été faites, un certain nombre qui était déjà dans le projet de loi du gouvernement, d'autres sur lesquels on peut discuter, et d'autres en revanche sur lesquelles on n'est pas d'accord".

Possible nouveau texte avec LR

Le ministre de l'Intérieur a par ailleurs précisé à nos confrères qu'il avait "commencé à consulter" les partis de la majorité. Il souhaite discuter notamment de la question "des modalités de l'aide médicale d'État" ou de la "régulatisation des travailleurs immigrés qui respectent nos valeurs et travaillent sur notre territoire depuis plusieurs années".

Sur les demandes des LR, il a annoncé retenir "le conditionnement des visas à la mise en oeuvre des laissez-passer consulaires", la discussion sur le sujet des mineurs accompagnés ou le "contrpole à 360 degrés des demandes de titres de séjour".

Quant au texte de loi du gouvernement, "déjà adopté par la commission des lois du Sénat", il pourrait être amendé, après discussions avec les LR. Mais, "les LR voudraient absolument qu’on redépose ensemble un nouveau texte de loi? Nous y sommes prêts s’il est discuté avec les centristes et les radicaux", a encore déclaré le ministre de l'Intérieur.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO- Gérald Darmanin : cette amitié très coquine qui fait parler