Publicité

Des images rares de la Corée du Nord vue de l’intérieur

C’est une rare plongée dans la réalité de la Corée du Nord que propose le quotidien hongkongais South China Morning Post, grâce à des photos prises par une équipe de l’AFP.

Depuis le mont Changbai, en Chine, un photographe a pointé son objectif vers la frontière. Cette zone était devenue inaccessible après les restrictions liées au Covid-19.

Un garde-frontière nord-coréen observe l’horizon depuis sa tour de garde située près du village de Hyesan, en face de la partie chinoise du mont Changbai, le 1er mars 2024.. PHOTO PEDRO PARDO/AFP
Un garde-frontière nord-coréen observe l’horizon depuis sa tour de garde située près du village de Hyesan, en face de la partie chinoise du mont Changbai, le 1er mars 2024.. PHOTO PEDRO PARDO/AFP

Tout au long de la frontière avec la Chine, des soldats nord-coréens surveillent toute forme d’activité suspecte, signe de la poursuite de la paranoïa généralisée qui entoure le pays de Kim Jong-un, surnommé le “royaume ermite”.

Des images monumentales figurant Kim Il-sung et Kim Jong-il, les ancêtres de l’actuel dirigeant nord-coréen, veillent sur les habitants de la petite ville de Chunggang, proche de la frontière chinoise.. PHOTO PEDRO PARDO/AFP
Des images monumentales figurant Kim Il-sung et Kim Jong-il, les ancêtres de l’actuel dirigeant nord-coréen, veillent sur les habitants de la petite ville de Chunggang, proche de la frontière chinoise.. PHOTO PEDRO PARDO/AFP

Dans les villes et les villages nord-coréens, on peut voir un peu partout des images géantes de propagande célébrant les accomplissements de Kim Il-sung et de Kim Jong-il, le grand-père et le père de l’actuel dirigeant de Pyongyang, qui “veillent” sur la population.

Derrière les usines rouillées et les immeubles d’habitation uniformes, des inscriptions monumentales rappellent les fondamentaux aux Nord-Coréens.

Au cas où ils douteraient encore, d’énormes lettres blanches sur fond rouge, plantées sur le flanc d’une colline, proclament, en toute simplicité : “Mon pays est le meilleur !”

À flanc de colline, au-dessus de la ville de Chunggang, un slogan rappelle aux habitants qui en douteraient encore que “[leur] pays est le meilleur !”. PHOTO PEDRO PARDO/AFP
À flanc de colline, au-dessus de la ville de Chunggang, un slogan rappelle aux habitants qui en douteraient encore que “[leur] pays est le meilleur !”. PHOTO PEDRO PARDO/AFP

La teneur de ces slogans omniprésents tranche avec la grande indigence des infrastructures.

Devant ce wagon orphelin qui passe aux abords de la ville de Namyang, on peut lire : “Que les trois générations de campagnes révolutionnaires du drapeau rouge soient promues de manière proactive !” Comprenne qui pourra.

Un wagon passe devant la ville de Namyang, en Corée du Nord, le 26 février 2024.. PHOTO PEDRO PARDO/AFP
Un wagon passe devant la ville de Namyang, en Corée du Nord, le 26 février 2024.. PHOTO PEDRO PARDO/AFP

L’isolement que s’impose la Corée du Nord est largement dû à son principe directeur du juche (ou “autosuffisance”), selon lequel elle devrait être capable de fonctionner de manière totalement indépendante, en restant à l’écart du reste du monde.

De fait, les 26 millions de Nord-Coréens vivent totalement isolés des pays extérieurs.

Dans la pratique, ces mesures n’ont guère eu d’autre effet que d’étouffer l’économie et le commerce du pays.

Les Nord-Coréens sont touchés par un niveau de pauvreté particulièrement élevé, et sont régulièrement confrontés à de graves pénuries alimentaires.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :