Ile de la Réunion : un voyage pour profiter de tous les éléments

·1 min de lecture
© IRT Serge Gelebert

Il y a bien sûr la trilogie des cirques (Mafate, Salazie, Cilaos), eldorado du randonneur avec ses 900 kilomètres de sentiers balisés. Les flancs du piton de la Fournaise, volcan de légende aux crachotements réguliers. Mais derrière les incontournables, le visiteur est rapidement surpris par les possibilités de l'île. Comme si le relief et la variété de ses terrains, dont 40% figurent au patrimoine mondial de l'Unesco, lui donnaient davantage d'ampleur, elle si riquiqui (2.500 kilomètres carrés) sur la carte de l'océan Indien. Visite à 360 degrés pour préparer tranquillement son voyage en pleine nature, le département étant soumis jusqu'au 7 février à un couvre-feu sanitaire.

Lire aussi - Pourquoi le Belize fait partie des destinations les plus excitantes de 2022

Sous terre

Ames aventurières ou spéléologues du dimanche, l'option s'impose : arpenter une de ces grottes de lave nichées dans les replis du territoire. Une construction géologique rare, générée par des coulées dont la croûte s'est refroidie et solidifiée pendant que le magma poursuivait son chemin. Plusieurs de ces tunnels se visitent. Le plus étiré est à Sainte-Rose, 6 kilomètres topographiés, issu de la coulée 2004 du piton de la Fournaise. Nous avons opté pour un saut à l'ouest et dans le temps avec celui du Bassin bleu, vieux de 400.000 ans, du côté de Saint-Gilles.

On plonge là dans les entrailles du piton des Neiges, à l'origine de la formation de l'île. L'entrée se mérite : une fois en bas d'une ravine, monté...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles