Bébés secoués : une inquiétante explosion en Ile-de-France pendant le Covid-19

Le nombre de cas a explosé en Ile-de-France pendant la pandémie de Covid-19 (Getty Images) (Getty Images)

Une étude menée par des spécialistes de l'hôpital Necker alerte sur l'explosion du nombre de bébés secoués en Île-de-France.

Les chiffres sont inquiétants. Mercredi 31 août, Le Parisien relaye une étude menée par l'hôpital parisien de Necker sur les bébés secoués. Et les résultats sont édifiants, les spécialistes alertent sur une hausse du nombre de bébés secoués dans la région parisienne pendant l'épidémie de Covid-19.

En effet, le quotidien rapporte que le nombre de cas a explosé en Ile-de-France pendant cette période. Avec 32 cas en 2021, les chiffres ont doublé et la mortalité a été multipliée par neuf, selon cette étude. Des cas plus fréquents et également plus graves. En effet, 50 cas ont été rapportés entre 2017 et 2019 puis 17 cas en 2020, un chiffre qui a presque doublé l'année suivante. Ces conclusions ont été publiées dans la revue scientifique Journal of the American Medical association (JAMA).

VIDÉO - Qu'est-ce que le syndrome du bébé secoué ?

"Ce n'est jamais anodin"

Le syndrome du bébé secoué désigne un traumatisme crânien non accidentel qui survient quand un bébé est violemment secoué. Le plus souvent, ce geste est commis quand la personne chargée de s'en occuper (parent, baby-sitter, etc) se retrouve démunie face aux pleurs incessants. "Environ 10 % en meurent. Et 75 % des survivants ont des séquelles leur vie entière ! Ce sont des paralysies, de la cécité, des troubles du langage, de la marche, de l’épilepsie", alerte la docteure Anne Laurent-Vannier, experte judiciaire agréée par la Cour de cassation, dans les colonnes du Parisien. Avant de compléter : "Vous savez, beaucoup de gens ne savent pas que secouer un bébé, ça peut entraîner ce type de lésions. Il faut le dire, le faire savoir. Ce n’est jamais anodin, quelques secousses peuvent suffire".

Si vous vous sentez dépourvu face aux pleurs et que vous n'en pouvez plus, couchez votre enfant sur le dos dans son lit et fermez la porte de sa chambre. Prenez ensuite le temps de souffler, de pleurer si vous en ressentez le besoin, de prendre une douche, etc. Et retournez dans la chambre quand vous sentez que vous êtes davantage apaisé.

Pour contacter des professionnels de la petite enfance, il existe deux lignes téléphoniques. "Allo Enfance en danger" du Service National d’Accueil Téléphonique pour l’Enfance en Danger (SNATED) est joignable au 119 tous les jours et 24h/24. Vous pouvez aussi composer le 0 800 00 34 56 pour joindre la ligne "Allo Parents Bébé" de l’association Enfance et Partage. Ce numéro est ouvert du lundi au vendredi de 10h à 13h et de 14h à 18h.

VIDÉO - Le syndrome du bébé sécoué, un diagnostic difficile