Publicité

Icann : pourquoi le régulateur des noms de domaine sur Internet est remis en question

Le 18e Forum sur la gouvernance d'Internet a été l'occasion pour les différents acteurs du web d'annoncer leur vision pour l'avenir d'Internet. Certains pays souhaitant leur propre souveraineté sur Internet ont remis en question le rôle de régulateur des noms de domaine et des adresses IP qui incombe à l'Icann.

En octobre 2023 se tenait le 18e Forum sur la Gouvernance d’Internet (IGF) des Nations Unies. Cet événement a été l’occasion pour différents pays d’exprimer leurs inquiétudes et volontés concernant la gestion du "réseau des réseaux". Au cœur des critiques se trouve l'Icann, la Société pour l’attribution des noms de domaines et des numéros d’Internet (en anglais "Internet Corporation for Assigned Names and Numbers").

Comment fonctionne Internet

Pour fonctionner, Internet se base sur un ensemble de normes et de protocoles tel que l’adressage IP. L’adresse IP (ensemble de quatre nombres allant de 0 à 256 dans sa quatrième version) est en quelque sorte le numéro de téléphone d’un appareil sur le réseau Internet. C’est au moyen de ces numéros que nos appareils communiquent entre eux comme pour vous connecter au site de Sciences et Avenir.

Il est cependant compliqué pour un humain de retenir l’ensemble des adresses IP des sites qu’il utilise. C'est pourquoi, les internautes utilisent des noms de domaine (www.sciencesetavenir.fr par exemple), qui sont ensuite traduits en adresse IP par des serveurs DNS, équivalents de carnets de contact pour les appareils d’Internet. En résumé, quand vous souhaitez vous connecter à un site web, vous fournissez à votre ordinateur un nom de domaine qu’il doit ensuite traduire en IP à l’aide d’un serveur DNS.

Pour assurer l'interopérabilité, il faut éviter que plusieurs serveurs utilisent le même nom de domaine, voire utilisent la même adresse IP. C’est le travail de l’Icann, qui s’occupe de réguler l’utilisation de ces protocoles. Cet organisme fournit des agréments et des autorisations pour exploiter les domaines haut niveau (TLD) - il s’agit des ".com", ".fr" et autres - mais régule également l’attribution des adresses IP sur le réseau Internet.

Lire aussiComment les autorités peuvent bloquer un site Internet

L’Icann, un rôle primordial

N’importe qui peut louer un nom de domaine, et ce sans même connaître l’existence de l’Icann. En effet, [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi