Publicité

Cancer de la prostate : l'intelligence artificielle pourrait détecter plus rapidement le cancer le plus fréquent

Une plateforme mise au point par des scientifiques de l'Université de Cambrige aiderait au dépistage précis du cancer de la prostate.

De manière classique, le diagnostic est réalisé avec un toucher rectal ou via un test sanguin (Getty Images)

D'après les chiffres de Santé publique France, le cancer de la prostate reste le plus fréquent chez l'homme avec 59 800 nouveaux cas en 2018. Comme le pointe Ameli Santé, il reste compliqué de distinguer ceux qui vont devenir agressifs et qui doivent être soignés, des cancers qui évolueront très lentement et qui ne nécessitent donc pas de traitement. "C’est le cas de près de la moitié des cancers de la prostate dépistés. On risque donc d’opérer un patient ou de lui donner un traitement, dont il n’aurait pas eu besoin", rapporte le site.

Mais, une nouvelle fois, l'intelligence artificielle va peut-être apporter une réponse à cette problématique. The Sun rapporte qu'elle serait capable de détecter rapidement le cancer de la prostate et de prévenir l'apparition de certains effets secondaires. Selon l'organisation caritative Macmillan Cancer Support, cette plateforme médicale - mise au point par des scientifiques de l'Université de Cambrige - permettrait de détecter la présence de ce cancer et d'éviter les biopsies inutiles en analysant avec précision les examens réalisés.

Des examens peu fiables

"Cela a le potentiel d’éviter des milliers de biopsies inutiles, allégeant ainsi la pression sur la main-d’œuvre et les budgets. Pour les patients, cela signifierait éviter l'anxiété, les traitements désagréables et les effets secondaires parfois dangereux", se félicite le professeur Richard Simcock, de Macmillan Cancer Support.

À LIRE AUSSI >> Vous allez aux toilettes plusieurs fois par nuit ? Cela pourrait être le symptôme d’un cancer de la prostate

De manière classique, le diagnostic est réalisé avec un toucher rectal ou via un test sanguin qui mesure l'antigène prostatique spécifique. Mais ces deux examens comme tests de dépistage sont insuffisamment fiables. Pour Tanya Humphreys, directrice de l'innovation chez Macmillan, ce nouvel outil "a le potentiel de transformer le diagnostic du cancer de la prostate".

VIDÉO - Dr Christian Recchia : "On ne guérit jamais d’un cancer, on vit avec"