Publicité

Humanitaires tués à Gaza: l'armée israélienne reconnaît une "grave erreur"

L'armée israélienne a reconnu mercredi 3 avril avoir commis "une grave erreur" en tuant sept travailleurs humanitaires de l'organisation World Central Kitchen (WCK) lors d'une frappe dans la bande de Gaza

"C'est une erreur qui a suivi une mauvaise identification de nuit, pendant une guerre, dans des conditions très complexes. Cela ne devrait pas avoir eu lieu", a déclaré le chef de l'état-major israélien, le général Herzi Halevi, dans un message vidéo.

"Nous partageons le deuil des familles (des victimes) et de l'ensemble de l'organisation World Central Kitchen, du fond du coeur", a poursuivi le général Halevi. "Un organisme indépendant enquêtera en profondeur sur l'événement et rendra ses conclusions dans les prochains jours", a-t-il annoncé.

Une frappe "non intentionnelle" et un événement "tragique"

Basée aux États-Unis, WCK, une des rares ONG à opérer encore dans le territoire palestinien dévasté par près de six mois de guerre entre Israël et le mouvement islamiste Hamas, a annoncé suspendre ses opérations dans la région après la frappe, survenue lundi soir à Deir al-Balah (centre).

Selon WCK, les victimes sont trois Britanniques, un Américano-Canadien, un Polonais, une Australienne et un Palestinien.

Depuis le début de la guerre, WCK a participé aux opérations humanitaires en fournissant des repas dans le territoire palestinien, où la majorité des quelque 2,4 millions d'habitants sont menacés de famine selon l'ONU. Elle a aidé à l'envoi d'un premier bateau d'aide depuis Chypre via un couloir maritime vers Gaza mi-mars.

Le chef de l'État israélien Isaac Herzog a fait part mardi soir dans un communiqué de "sa profonde tristesse et ses excuses sincères". Plus tôt dans la journée, le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, avait reconnu une frappe "non intentionnelle" et un événement "tragique".

Plusieurs pays et organisations ont exprimé leur indignation, dont l'ONU qui a dénoncé un "mépris du droit humanitaire international", et les États-Unis, alliés historiques d'Israël, qui ont réclamé une enquête "rapide et impartiale", la Maison Blanche se disant "indignée" par ces morts.

Article original publié sur BFMTV.com